Réunion de « clarification » à la CENI : l’orage « passé », un chronogramme bientôt annoncé

septembre 11, 2019 8:17

La CENI va retravailler sur le chronogramme des prochaines législatives dont les travaux de préparation s’étendaient initialement sur 235 jours. C’est l’essentiel qu’on pourrait retenir d’une réunion tenue ce mercredi 11 septembre au siège de l’institution à Conakry.

Tout serait parti des déclarations du président de la commission électorale nationale indépendante (ceni) au sortir de l’audience avec le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana hier mardi. A l’occasion, Me. Amadou Salifou Kébé déclarait ceci: « le matériel qui devait être commandé, l’est. Le logiciel que nous devons commander est aujourd’hui dans nos murs. Les serveurs qui devaient être commandés sont en train d’être installés. L’opérateur est déjà là, il est en train de travailler. Donc, nous pensons que les difficultés majeures sont parties ».

Ce n’est pas tout. L’hôte de la primature informait également par la même occasion que « l’opérateur technique international comme vous l’avez connu n’existe plus. La loi a éclaté son rôle entre deux entités : l’Etat guinéen et la CENI. Et nous sommes en train de travailler là-dessus.’’

Des propos du président de l’institution en charge des élections politiques en Guinée qui, c’est le moins qu’on puisse dire, n’étaient attendus de tous. Mais le plus surprenant, selon une source bien informée, c’est que les éléments d’information livrés par Me. Kébé ont été une quasi-révélation même pour certains de ses collègues commissaires.

Ce que le directeur du département communication de la CENI, joint au téléphone par Guinéenews, rejette catégoriquement, sans vouloir dire davantage sur la réunion de ce mercredi. A part qu’il «ne sait pas s’il y avait tension ou pas ».

Pour le commissaire Aly Bocar Samoura, les évolutions évoquées par le président de la CENI ne peuvent pas être une surprise pour un de ses collègues. Surtout que, toujours selon M. Samoura, ces avancées entreraient dans le cadre du travail effectué sur la base du chronogramme « déjà discuté quand on était à Kindia », rétorque-t-il avant de rappeler l’existence d’un chronogramme de 235 jours depuis le mois de mai dernier.

Des sources concordantes confient pourtant à Guineenews que suite à cette communication, des commissaires qui, jusque-là, ignoraient toute évolution comme cela a été annoncée mardi, ont demandé des explications à leur président. Et d’ajouter que c’est la tenue à cet effet d’une réunion ce mercredi au siège de la Ceni qui aurait permis de calmer, du moins pour le moment, l’atmosphère au sein de l’institution…

Un chronogramme pourrait être annoncé «la semaine prochaine ». Celui-ci aura un double défi : tenir compte de la volonté désormais affichée des autorités du pays et combler les attentes de l’opposition qui tient à ce que ce scrutin soit débarrassé de toutes irrégularités.

Nous y reviendrons.