Réussite de la campagne agricole 2019 à Lélouma :  les paysans se frottent les mains

0
311

Contrairement à l’année dernière, la campagne agricole 2019 augure de bonnes récoltes à Lélouma. Les agriculteurs se réjouissent du résultat de leurs dures journées de labeur. Actuellement, l’heure est à la récolte. Dans la plupart des champs que la rédaction locale de Guineenews a eu à sillonner à travers la commune urbaine et ses environs, la satisfaction se lit sur les visages des paysans. Ainsi, le célèbre écrivain guinéen, Camara Laye, n’avait-il pas raison de dire que: « la terre est une bonne mère nourricière pour qui sait la travailler »?

« Aucune personne ne peut rester de marbre face à la beauté de ce champ du riz en maturité. C’est vraiment très beau à voir et à observer. C’est le résultat des longues et pénibles journées de travail durant des mois. Mais seul le travail paie et il faut savoir qu’après la pluie, c’est le beau temps », rapporte, l’air satisfait, Mody Abdoul Gadiri Diallo.

Pour sa part, abordant le sujet, le président de la chambre préfectorale d’agriculture s’est aussi réjoui du déroulement des activités agricoles qu’il qualifie de réussite par rapport à la précédente campagne. Néanmoins, Mamadou Lamarana Para Diallo déplore le retard dont certains producteurs ont accusé avant d’entamer leurs activités champêtres.

« Je qualifie la campagne de cette année de bien réussie par rapport à celle de l’année dernière. Il a suffisamment plu cette année. Au niveau de la chambre préfectorale d’agriculture, nous avons pris très tôt toutes les dispositions pour bien démarrer la campagne. Avec les intrants que nous avions reçus, ils ont été distribués, selon les sollicitations. Actuellement, dans les différents champs de riz, de fonio ou autres cultures qu’on a visité, nous sommes vraiment satisfaits du résultat », se félicite Lamarana Para Diallo.

Si certains agriculteurs se réjouissent, d’autres, par contre, sont encore inquiets. « Ce qui m’inquiète aujourd’hui, c’est par rapport à l’état actuel de certains champs notamment du riz de certains de mes confrères qui avaient pris du retard dans le démarrage des travaux champêtres. Leurs champs qui se trouvent surtout sur les montagnes ne sont pas encore mûrs et ils ont besoin de pluie qui se fait maintenant très rare.  Dans les bas-fonds contrairement aux montagnes, ce n’est pas risqué parce-que là-bas, les sols sont très humides et avec la rosée, même s’il ne pleut pas, les champs vont mûrir », déplore le président de la chambre préfectorale d’agriculture.

Dans le champ rizicole communautaire de Balaya, localité située à environ 8 kilomètres de la commune urbaine, les agriculteurs se disent satisfaits de leurs récoltes. « Les champs ont vraiment réussi chez nous ici. La pluie a été abondante. Les activités se sont bien déroulées comme on le souhaitait. Nous étions sortis au bon moment. Vous savez, en agriculture, il faut connaître certaines choses. Il faut démarrer les activités au moment propice. En plus, il faut savoir choisir le terrain et la semence qui y va. Mais lorsqu’on ne respecte le processus, les travaux seront voués à l’échec. Donc ici, on a vraiment eu la chance et le résultat est bon », se réjouit Mamadou Bobo Balaya Diallo.

Le constat est le même du côté du champ communautaire de Doporo, un quartier périurbain. Là aussi, sur plusieurs dizaines d’hectares se dressent des épis dorés prêts à être récoltés. Les paysans sont aux anges.

« Cette année, nous dirons que la saison a été vraiment bonne. Avec l’état actuel des champs, nous ne pourrons que remercier le Bon Dieu. On est sûrs que nous allons avoir des bonnes récoltes. Seulement, on a été confrontés à quelques problèmes avec certains animaux domestiques qui faisaient irruption dans le champ en début de saison. Mais qu’à cela ne tienne, la récolte s’annonce bonne », dira Moussa Diallo.

Un autre agriculteur en l’occurrence, Baïlo Samba Doporo, ajoute : « nous sommes vraiment satisfaits du résultat de nos efforts ».  Sur la même lancée, à Soussouré également où se trouve le plus grand champ rizicole communautaire de la commune urbaine, la récolte bat son plein.

Ce riz récolté est destiné à la consommation domestique, a-t-on appris auprès des agriculteurs.