Revirement spectaculaire dans l’affaire Cashew Holding : Ighor désiste et dément ses avocats

0
572

Les colonels Moussa Tiégboro Camara et  Moussa Camara, ainsi que leurs co-prévenus étaient ce jeudi 15 novembre à la barre du tribunal de Dixinn dans l’affaire Cashew Internationale Holding, du nom de la société de transformation de noix de cajou qui les poursuivait pour ‘’dénonciation calomnieuse, diffamation, vol, extorsion de fonds, tentative d’abus d’autorité et abus de fonction’’. Les quatre prévenus sont repartis plutôt souriant du tribunal qui rendra sa décision dans cette affaire  le 29 novembre.

Après avoir décliné leurs identités, les deux officiers et leurs co-prévenus n’ont même pas eu besoin de s’exprimer sur le fond de l’affaire. Puisqu’une lettre de désistement était déjà versée aux dossiers. Et ce mardi, monsieur Dimitry Titov, représentant du PDG de Cashew International Holding, l’Ukrainien Ighor Stativka, a indiqué que ce dernier « n’a jamais donné mandat à qui que ce soit pour citer le colonel Tiégboro et Cie devant le tribunal ».

Qui a donc autorisé les avocats à  initier la procédure de citation directe contre les prévenus ? Aucun de Me Modibo Camara,  du bâtonnier Me Mohamed Traoré, du vétéran Dinah Sampil ou de Me Pépé Antoine Lamah n’était à l’audience pour répondre à la question. En tout cas, le représentant d’Ighor a confirmé et persisté que l’ordre n’est jamais venu de lui.

«Nous avons écouté la partie civile qui a confirmé que ce n’est pas elle qui a porté plainte… Il y a donc  faute de qualité de partie civile », a réagi le représentant du ministère public qui a demandé au juge d’en tirer toutes les conséquences du droit.

Les avocats de la défense ont demandé au tribunal de renvoyer leurs clients des fins de la poursuite pour délits non constitués. Mais Me Jean-Baptiste Jocamey Haba a ajouté que la partie civile soit condamnée au paiement d’un franc symbolique.

«C’est quand même à cause d’elle qu’on est là… Ce n’est pas parce qu’elle a peut-être été de bonne foi en venant dire qu’elle n’a jamais demandé de porter plainte qu’on ne va pas demander sa condamnation. Ce qui reste clair, le tribunal a été saisi valablement et la consignation a été payée en son nom »,  a expliqué Me Haba qui estime qu’il reviendra à la partie de civile de se retourner contre ses avocats si elle estime qu’elle ne les a pas mandatés.