Révision des listes électorales à Mamou : les opérations perturbées, plusieurs kits en panne

0
1611

Le processus d’enrôlement des électeurs qui devrait commencer à Mamou le 21 novembre peinent encore à démarrer dans plusieurs localités de la préfecture. L’absence des opérateurs de saisie et la panne des kits d’enrôlement seraient la cause de ce retard, a-t-on appris sur place.

La rédaction locale de Guinéenews a fait le tour des sous-préfectures pour toucher du doigt l’effectivité du déroulement des opérations d’enrôlement des électeurs en vue de leur participation aux prochaines élections législatives le 16 février 2020.

Dans les sous-préfectures de Dounet, Porédaka, Soya et Gongoret, les opérations n’ont pas commencé à cause de l’absence de certains opérateurs de saisie. A Dounet, il manque trois opérateurs de saisie sur les huit qui doivent enrôler les électeurs des huit districts. Idem à Porédaka où trois opérateurs sont toujours absents. Il s’agit des opérateurs de saisie des districts de Tounkan et Porédaka-centre. Pour cette localité, les CAERLE (Commissions Administratives, d’établissements et de Révision des Listes électorales) ont été réduites de huit à sept. A Soya et Gongoret où les opérateurs et les kits sont arrivés le dimanche, les opérations doivent commencer, nous append-on, ce lundi 26 novembre après quatre jours de retard.

A Kégnéko, Niagara, Saramoussaya et Téguéréya, les opérations ont commencé dans la journée de ce dimanche 24 novembre. A Saramoussaya, six CAERLE sont prévues. Les kits des districts de Kénèwol et de Bourouwil sont en panne. A Niagara, sur les trois au programme, seulement deux kits fonctionnent. A Téguéréya, les kits des districts de Bendougou et Boko fonctionnent correctement. Quant aux kits de Téguéréya-centre, ils ne sont pas opérationnels.

Par contre, la sous-préfecture de Konkouré, avec cinq CAERLE, a pu démarrer les opérations depuis le vendredi 22 novembre. L’opérateur de saisie affecté au district de Foyé est toujours absent.

Timbo, Bouliwel et Tolo qui ont accusé 48 heures après le lancement officiel, les opérations d’enrôlement sont perturbées par les pannes des kits. A Tolo, ce sont les kits destinés à Siminko qui sont en panne. A Bouliwel, 2 kits étaient en panne avant d’être rendus fonctionnels à Mamou.

Pour amener les communautés à participer massivement à ces opérations d’enrôlement dans les villages, les élus locaux passent dans les mosquées, les cérémonies de baptême et mariage pour les sensibiliser.