Révision des listes électorales : Ratoma en « rupture totale de récépissés » doit continuer…

0
558
CAERLE, CENI, recensement,
CAERLE, CENI, recensement,

La commune de Ratoma n’est pas en marge des difficultés rencontrées dans le cadre de la révision des listes électorales. Au niveau de la commission électorale communale indépendante (CECI) de cette circonscription, le président Hamidou Diallo admet au micro de Guinéenews l’existence des problèmes de tous ordres.

Après le démarrage très ‘’difficile’’ de la révision exceptionnelle des listes électorales, le processus reste miné par les problèmes techniques et financiers. Tout d’abord au niveau des commissions administratives d’établissement et de révision des listes électorales, avec les agents ignorant même la valeur des primes qui doivent leur être versées.

Une réalité largement partagée par la commune de Ratoma où le président de la commission électorale communale indépendante (CECI) tente de rassurer sans occulter les manquements et autres plaintes.

Selon Hamidou Diallo, l’un des problèmes auxquels la CECI de Ratoma est confrontée, c’est celui lié aux primes des agents des commissions administratives d’établissement et révision des listes électorales (CAERLE). Des difficultés qui trouvent leur origine dans le mystère qui entoure encore le montant et les modalités de paiement de ce qui est appelé « une prime exceptionnelle ». S’il y a des problèmes, c’est parce qu’on ne sait pas combien vaut cette prime exceptionnelle », confie-t-il.

Mais les problèmes techniques ne sont pas en reste. « Les dysfonctionnements des machines, ça on en parle tous les jours. Il y a des machines qui tombent en panne », confirme-t-il. Avant de tempérer, parlant de la réparation faite au fur et à mesure, à la CECI ou au niveau du site central.

Autres problèmes remontés à la CECI de Ratoma, toujours selon son président,
c’est la lenteur des machines ou celle de certains opérateurs de saisie. Des plaintes récurrentes qui seraient amplifiées par l’impatience des populations.

 Parlant des certificats d’identification, « nous sommes en rupture totale », déclare le premier représentant de la CENI au niveau de la commune de Ratoma.

Des problèmes auxquels il fallait s’attendre dès le départ. Du moins, en partie. Surtout que dans ses explications, Hamidou Diallo révèle qu' »au dispatching du consommable », cette circonscription électorale a reçu seulement 17 mille certificats d’identification pour une population électorale de 465 mille personnes, selon les données établies lors des communales de 2018.

Mais en dépit du chemin parsemé d’embûches, le numéro un de la CECI de Ratoma que les citoyens devraient continuer à faire confiance dans la CENI en allant se faire recenser même sans récépissés.