Revue de presse: absorption de trois partis par le RPG, arrivée de Kassory à la Primature, crise syndicale

mai 29, 2018 12:30
0

La fusion des partis GPT de Kassory Fofana, l’UNR et le PNR dans le RPG Arc-en-ciel, suivie de la nomination de Kassory Fofana comme Premier ministre et la crise au sein du syndicat de l’éducation ont fait la une des journaux guinéens durant la semaine qui s’est écoulée.

Parlant de la fusion, « La Lance » indique que le premier parti, le GPT de Kassory Fofana a joué son va-tout pour bénéficier de la Primature. « C’est vrai, je veux le pouvoir dans ce pays, mais si je veux le pouvoir pour le bonheur du peuple de Guinée, je renonce au pouvoir pour laisser le Professeur Alpha Condé conduire ce pouvoir-là. C’est par conviction ; l’énergie qu’il a, je ne l’ai pas. Le sacrifice et le don de sang qu’il a, je ne les ai pas. Ce n’est pas un langage diplomatique. C’est une réalité. L’histoire retiendra que le professeur Alpha Condé aura été le bâtisseur d’une économie guinéenne forte. Je l’appelle le champion de l’émergence économique de la Guinée. Dites aux autres que nous sommes fiers de porter le fanon du RPG », tels sont les propos du tout nouveau Premier ministre Kasory Fofana repris dans les colonnes de « La Lance ».

Le choix des trois Premiers ministres sous l’ère Alpha Condé, dans la même préfecture, est également abordé par notre confrère. « La chasse-gardée du Moriah », titre « La Lance » pour illustrer cet état de fait. « Sous Alpha Condé, le Moriah, qui a fini de s’imposer comme la désignation de la préfecture de Forécariah située au  Sud-ouest de la Guinée (à 100 km de Conakry) a également fait de la Primature sa chasse gardée. Dans sa répartition du gâteau national, la chef de l’Etat n’a pas réservé le poste de Premier ministre qu’à la grande et vaste Basse-Côte. Il est allé plus loin pour l’attribuer exclusivement à cette portion de terre plus proche du voisin léonais (distant d’une trentaine de kilomètres) que du reste du pays », relève notre confrère « La Lance ».

« Kassory et le PRG, la fin justifie les moyens », titre « L’Indépendant ». Pour notre confrère, « la fusion de trois partis politiques dont le GPT de Kasory Fofana au sein du RPG, est un marchandage politique qui ressemble à un échange réciproque, du genre gagnant-gagnant, entre les parties ».

Pour « Le Populaire ». « C’est un pari fou, risqué que celui de dissoudre son parti dans un ensemble comme le Rpg Arc-en-ciel, pour être catapulté à la Primature, en guise de récompense. Si l’opinion est dans l’expectative, doutant de la sincérité du président Alpha Condé, Dr Ibrahima Kassory Fofana alias «serrez les ceintures» semble lui rassuré, bien qu’il soit connu que la promesse présidentielle c’est assez souvent du vent! Tout est bien qui finit bien. Le GPT n’existe plus. Kassory Fofana l’a vendu aux enchères, obnubilé qu’il est par la promesse d’être nommé à la Primature, poste qui l’avait échappé jusqu’ici. L’on se rappelle de la flèche que lui avait lancée un dissident de la GPT, en ces termes: «Kassory est prêt à sacrifier son parti, son entourage et ses proches pour ses intérêts égoïstes», quitte à pactiser avec le diable afin d’atteindre son objectif. Ce qui est fait ce

samedi 19 mai 2018, est déjà fait : Ibrahima Kassory Fofana devient un ponte du Rpg Arc-enciel », décrit « Le Populaire ». Et de conclure : « Reste à savoir si Alpha Condé laissera les coudées franches à Don Kass ! Mais ce dernier est plus près d’occuper la Primature que n’importe qui. Cela, ce serait du Conté après Conté. A défaut de griller sa carte à jouer sur l’échiquier politique national ».

De son côté, « Le Standard », estime que « Ibrahima Kassory Fofana, en acceptant de fondre son parti dans le parti présidentiel au lendemain de la démission du gouvernement, donne finalement raison à ceux qui pensent qu’il est prêt à tous les sacrifices politiques pour occuper le poste de Premier ministre et se positionner comme un candidat sérieux à la succession du président Alpha Condé en 2020. Reste à savoir maintenant l’accueil qui lui sera réservé au sein du RPG par les cadres historiques et les militants de première heure qui gardent en mémoire non seulement le refus de Kassory Fofana de fondre le GPT dans le RPG-arc-en-ciel mais aussi ses critiques acerbes contre la gouvernance Alpha Condé avant sa nomination, en octobre 2014 comme ministre d’Etat à la présidence de la République chargé des investissements et du partenariat public-privé », relève « Le Standard ».

Le bicéphalisme au sein du syndicat de l’éducation attire l’attention des analystes. Pour notre confrère « Le Standard », « Pour une fois, nous n’allons pas blâmer ou critiquer le gouvernement pour avoir pris la sage décision de se mêler d’une affaire qui ne le concerne vraiment pas directement. Il s’agit bien de la guerre intestine au sein du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) qui a abouti à l’existence de deux versions du même syndicat sur le terrain ».

Parlant de l’élection de dame Kadiatou Bah à la tête du SLECG bis, « Le Lynx » parle d’ « un os dans le plat de Soumah » avant de conclure : « Les Guinéens pourront juger les deux amis » opposés du SLECG à travers la démonstration de force promise par Aboubacar Soumah. On verra entre Soumah et Bah qui gère la base ».

Bonne lecture !