Revue de presse : duel Bantama-Titi, tollé autour de la Constitution, Stop Covid-19 en 60 jours…

0
1211

Dans cette deuxième du mois de juin, les journaux guinéens encore écrit sur la controverse autour du texte constitutionnel soumis au référendum contesté du 22 mars 2020. Mais aussi, sur le duel de Porsche et de Magabana qui a opposé Bantama et Titi, l’engagement de l’ANSS à en finir avec le coronavirus en 60 jours…

« Stop Covid-19 en 60 jours/ L’ANSS plus que jamais engagée… » Titre le quotidien national Horoya à sa Une du jeudi 11 juin 2020. Le journal indique que plus de 3500 ménages seront isolés dans le cadre du projet « Stop COVID-19 » lancé mardi dernier. « Pour ce programme, nous avons estimé au tour de 3500 ménages qui vont être isolés non seulement à Conakry mais dans les villes voisines. Nous pensons qu’en six semaines, on doit pouvoir avoir zéro notification journalière. Si nous avons ça deux fois pendant la période d’incubation, la Guinée pourra se taper les mains et dire qu’elle a stoppé l’avancée communautaire de cette pandémie », espère Dr Sakoba Keita, dans un des articles du quotidien national.

La Lance du 10 juin publie une lettre de Badara Ali Sadja (depuis les Etats-Unis) adressée aux citoyens guinéens. Dans cette lettre « délinquances constitutionnelle » – concept nouveau offert par les avocats du barreau de Guinée –, Badara Ali Sadja rappelle que la Constitution est l’émanation de la souveraineté du peuple et l’expression de son droit absolu d’exercer sa puissance autonome, absolue et perpétuelle dans une république, conformément au but collectif que l’Etat est appelé à réaliser… Pour l’auteur de la lettre, la délinquance constitutionnelle, dont nous vivons le spectacle affligeant, a violé tous ces principes, qui figurent expressément dans toutes les constitutions successives de la Guinée. Il estime que les avocats ont bien raison de parler de délinquance constitutionnelle, précisément de parjure défini par les articles 12 à 15 de la loi L/2017/014/AN du 4 juillet 2017.

Le Lynx, pour sa part, indique que malgré l’explication lapidaire du ministre de la Fustige, censé éclairer nos lanternes, les débats sur la falsification de la Constitution continuent. De Constitution illégitime à l’absence de Constitution, le satirique croit que la Guinée est dans l’impasse.

« Tripatouillage de la loi électorale/ Le FNDC interpelle la CEDEAO », a titré L’Observateur du 08 juin.  Le journal publie l’intégralité d’une déclaration du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), qui compte saisir la CEDEAO pour action urgente en Guinée. « Dans sa logique de confiscation du pouvoir, le clan mafieux de M. Alpha Condé décide, de connivence avec le bureau politique du RPG installé au siège du parlement, de tripatouiller la loi électorale en violation flagrante du protocole additionnel de la CEDEAO sur la Gouvernance et la démocratie révisé en 2012…», dénonce le FNDC.

Pour Le Populaire, le FNDC tient le régime Condé au collet sur la violation du protocole de la CEDEAO sur la Gouvernance et la démocratie.

Depuis que le ministre [ Bantama Sow] a pris le malin plaisir d’accorder des sous à des gloires du foot, Le Lynx indique qu’un duel de Porsche et de Magbana oppose le ministre des Sports à l’ancienne star du Syli national Aboubacar Titi Camara. Dans le show ministériel, indique le satirique, quelqu’un s’est senti particulièrement titillé. Au poing d’avouer ne pas comprendre tout le sens de cette nouvelle Bantamania. Aboubacar Titi Camara, lui aussi ancien ministre des Scores qui, en plus, a fait briller le football guinéen jusqu’au début des années 2000, a décidé d’élever la voix. Quand tu danses avec un aveugle, dit-on en Afrique, il faut le piétiner de temps en temps pour qu’il sache que tu es là… Et Le Lynx de souligner ces propos de Titi Camara : « ce n’est pas un démagogue parachuté qui viendra diviser la famille du football… » Plus loin, le journal signale que même Abdoul Karim Bangoura (AKB), une autre ancienne vedette du Syli national, n’a pu éviter de s’inviter dans la danse. Il s’est mis à Bantamâter de tous les côtés…