Revue de presse : Front anti 3ème mandat, affaire sotikèmo de Banankoro, meurtres isolés d’homme

avril 13, 2019 2:26

Cette semaine, les journaux de la place ont consacré leurs pages au Front National pour la Défense de la Constitution formé par l’opposition guinéenne contre un éventuel troisième mandat du Président Alpha Condé. L’affaire Sotikèmo de Banakoro a été aussi relayée par les confrères. Sans oublier bien sûr le geste humanitaire de l’UFDG à l’égard des victimes de Kaporo-Rails.

A propos donc de ce front mis en place par Cellou Dalein et ses amis de l’opposition, « Le Lynx » du lundi 8 avril, barre à sa couverture « Front contre l’affront ». A travers son article, le journaliste, Diawo Lebboya, pense que le Président Alpha Condé qui, dès son arrivée au pouvoir avait promis faire disparaitre l’opposition, a réussi au fil du temps à l’unir contre son pouvoir. « Le Prési Alpha grimpeur unit l’opposition. Lui, qui promettait, en début de son mandat de l’anéantir. »  Comme quoi, de rester encore au pouvoir après ses deux premiers mandats, l’ont poussé à mettre les opposants dans une union sacrée « Son ambition présumée de se maintenir au pouvoir après 2020 a réuni partis politiques, société civile dont le syndicat et ONG de défense des droits humains, pour faire barrage à un éventuel troisième mandat »

Pour le confrère, ce nouveau front, tout comme les forces vives en 2007 et en 2009, vient pour défendre la constitution.  « A l’image des forces vives dont l’ironie du sort, un des piliers était l’opposant Alpha Grimpeur, est né depuis 3 avril le FNDC, Front National pour la Défense de la Constitution. Son credo : défendre bec et ongles l’intégrité de la Loi Fondamentale ». Selon le journal, ce front qui a pour porte-parole, Abdourahamane Sanoh, est composé par Cellou Dalein, Sidya Touré,  Me Kabèlé, Ousmane Kaba du PADES…

 « Le Lynx » n’a pas non plus passé sous silence le de 400 millions de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée. « Le 4 avril, à son QG à la CBG, l’UFDG (Ndlr) a officiellement présenté les résultats de la collecte du fonds(Ndlr). Un chèque de 400 millions de francs glissants a été remis aux responsables du collectif des victimes. »

« L’Observation » du lundi 8avril a, quant à lui, relayé l’affaire Sotikèmo de Banankoro en titrant à sa Une. « Damaro dans de sales draps ». Pour cet hebdomadaire, le député Damaro s’est planté en faisant libérer le patriarche de Banakoro des griffes de la justice. En agissant ainsi, selon le journal, cet élu du peuple, membre influent de la mouvance présidentielle a tordu le cou à la justice. Amadou Damaro Camara a, selon toujours le confrère, a fait ainsi outrage à la justice ce qui est condamnable.

Pour sa part, « La Guinée Actuelle » s’est interrogée à sa première page sur l’éventuel troisième mandat du Président Alpha Condé. Selon le journal, tous les signaux sont allumés sur le boulevard qui conduit tout droit vers le Palais Sekhoutoureya pour la troisième fois. « Qui pour arrêter la machine du troisième mandat ? ». La journaliste conclut tout simplement que le projet du troisième mandat risque de passer sans entrave.

« Le Standard » du 10 avril se demande de son côté si l’entente des opposants qui ont fait le front commun contre le locataire de Sekhoutoureya résistera au temps. « La bonne entente entre « leaders» jusqu’à quand ? » Le journal doute de l’actuelle union sacrée de l’opposition. Le journaliste pense que ce sera un feu de paille. « Le Standard » s’est aussi interrogé sur le glissement du mandat des députés qui continuent de siéger à l’Assemblée Nationale. « Eux, ils ont glissé leur mandat. Est-ce qu’en 2020, ils pourront dire au Président de la République de ne pas glisser son mandat ? Pour le journal, les députés de l’opposition ont préféré leurs intérêts personnels et les salaires qui leur seront reversés.

« Le Populaire » quant à lui, a offert sa page 7 à un démographe. Lamara Diallo a attiré l’attention des lecteurs sur les meurtres isolés dans les quartiers de la capitale et à l’intérieur du pays. « Les meurtres d’hommes par leur femme deviennent plus en plus courants à Conakry, on pourrait même dire en Guinée… On constate que des faits isolés et presque dans l’exception, ces assassinats se répètent de façon inquiétantes ces derniers temps. Cette répétition frise l’émergence d’un phénomène inédit. La gent masculine est inquiète. Elle s’émeut à juste raison. Le marché matrimonial est quant à lui menacé de déstabilisation démographique… En effet, tout candidat au mariage devrait davantage réfléchir avant de prendre la décision de sortir de son célibat tranquille… » Pour le spécialiste repris par le journal, une peur règne désormais sur les couples en Guinée avant de conclure en demandant tolérance et vigilance. « Au-delà de tout, hommes, soyez tolérants et davantage vigilants…! »