Revue de presse : nouvelle loi sur l’usage des armes, sortie de Sekhouna Soumah contre une nouvelle constitution

juillet 8, 2019 1:15

Les journaux de la semaine dernière ont relayé le passage du ministre de la Défense à l’Assemblée Nationale ainsi que la réponse du Chef de l’Etat à la proposition des membres du gouvernement. Nos confrères ont aussi fait cas de la réaction du patriarche Sekhouna Soumah, qui se serait désolidarisé des promoteurs du troisième mandat sans oublier la formation de 190 policiers aux métiers de  la voie publique.

Le Lynx du lundi 1er juillet parlant de la proposition du ministre de la Défense, s’est interrogé sur le rôle des députés. «Les Guinéens doivent se demander à quoi servent leurs représentants à l’Assemblée Nationale. Surtout après leur péremption à l’hémicycle… Sont-ils là pour défendre les intérêts du peuple ? »

Pour le journal, cette loi sur l’usage des armes de guerre par les pandores est l’expression de la volonté du pouvoir d’Alpha d’intensifier la répression des manifestations dans le pays. Une sorte de couverture juridique ou prime pour l’impunité pour les pandores qui vont réprimer tous ceux qui s’opposeront au projet  »satanique » de nouvelle constitution. Le Lynx est aussi revenu sur la tension qu’a crée par la mairie de Labé en interdisant le carnaval du Front National pour l’Adoption par Référendum de la Constitution et le Front National pour la Défense de la Constitution.

Quant à L’Observateur, il s’est intéressé  à la CAN. Plus particulièrement à la gestion du fonds alloués au ministère des Sports. Pour le journal, le ministère avait engagé des dépenses astronomiques pour la Coupe d’Afrique des Nations de Football, avant que l’équipe nationale ne soit qualifiée pour les huitièmes de finale. L’Observateur est aussi revenu sur le vote des députés à l’Assemblée Nationale, qui demandent le départ du directeur général de la SOGEAC. « Les députés, toutes obédiences politiques confondues dénoncent vigoureusement l’attitude inacceptable du directeur de la SOGEAC ayant eu des comportements discourtois, réservé un traitement inapproprié et exprimé des propos désobligeants dans les médias à l’endroit de la représentation nationale…Les députés demandent unanimement au gouvernement de démettre ce directeur de ses fonctions… »

La Lance du mercredi s’est penché sur le bras de fer opposant le patriarche Sekouna Soumah au régime d’Alpha Condé. « Entre le régime du Président Alpha Condé et El Hadj Sékhouna Soumah, le kountigui de la Basse-Côte , tout espoir d’entente au sujet du troisième mandat semble perdu… Face donc à ce qui est convenu d’appeler blocage, le pouvoir, selon le journal, s’est tourné vers un autre sage de la Basse-Côte : El Hadj Doungou Soumah.

Le Populaire de la semaine a fait cas de la réforme engagée au ministère de le Sécurité où 190 policiers ont été formés. Une formation qui a pris fin le 28 juin dernier. « Le ministère de la Sécurité » a célébré à l’Ecole Nationale de Police à Dubréka, vendredi 28 juin 2019, la fin de la formation à l’accueil du public, à la prise en charge des victimes et aux métiers de la voie publique… »