Revue de presse : Stade de Nongo…Et si l’Etat résiliait le contrat d’Antonio ? Les oubliés du Cas-Sorry…

0
3002

Cette semaine, dans les kiosques, Le Lynx, La Lance, Le Populaire, mais aussi le revenant ‘’ Le Journal d’Afrique’’, ont retenu notre attention.

Le stade de Nongo abandonné… Et si l’Etat résiliait le contrat d’Antonio Souaré? S’interroge Journal d’Afrique pour son retour après des mois d’absence dans les kiosques.  Avec le « contrat de bail de trente-et-trois ans portant sur un montant de 54 milliards [GNF] d’investissement » signé entre l’Etat guinéen et Antonio Souaré, le journal estime que le stade de Nongo – fruit de la coopération sino-guinéenne – est un bijou architectural bradé. « Si les autorités guinéennes savaient ! », s’exclame le journal qui indique que depuis la signature de ce contrat, le Stade de Nongo n’a connu aucune couche de peinture à part les petits bricolages effectués à la veille de son inauguration (sans être homologué par la FIFA).  Ce chef d’œuvre architectural tombe aujourd’hui en ruine. Hier flambant neuf, le Stade de Nongo est aujourd’hui envahi d’une broussaille… Avec cet abandon de Nong, estime Journal d’Afrique, Antonio Souaré a sevré les férus de football. Et le journal d’écrire : « s’il a eu le courage de prendre le stade de Nongo, attendons-nous à ce que cet insatiable homme d’affaires qu’est Mamadou Antonio récupère le Palais des Nations. »

« Les oubliés du Cas-Sorry ! », barre Le Lynx à sa grande Une qui estime qu’il reste malgré tout, des choses à redire sur la deuxième phase du plan de riposte contre le coronavirus. Le satirique note que le plan de riposte du Premier ministre fait la part belle au secteur de l’hôtellerie et du tourisme. En revanche, cite le journal, les familles en extrême pauvreté, les élèves, la presse, l’agriculture ou l’élevage risquent de souffrir davantage des effets de la pandémie. « Bien que le plan de riposte prévoie un appui aux familles en extrême pauvreté à travers ANIES, pas sûr que cela suffise dans un pays où près de deux personnes sur dix (17,6%) survivent en insécurité alimentaire », analyse le journal sur le cas des pauvres.

« Lutte contre le COVID-19/La grande offensive du ministre de l’Agriculture », titre pourtant Le Populaire, qui note que face aux risques prévisibles de pénuries alimentaires et de perturbations dans la chaine de production et d’approvisionnement de produits agricoles, le ministère de l’Agriculture, avec l’appui du PDAIG, mène depuis mars une offensive tous azimuts pour soulager les agriculteurs.  Le journal souligne que plus de 2400 tonnes d’engrais et 700 tonnes de semences (riz et maïs) fournis par le PDAIG pour soulager les agriculteurs en Guinée.

« Votez les yeux fermés, c’est… Simandou ! », titre Le Lynx qui rappelle que le 26 juin, l’Assemblée nationale devait débattre sur le projet de loi portant ratification de la Convention de base pour l’exploitation des gisements de minerai de fer des blocs I et II de Simandou. Finalement, le projet a été voté à l’unanimité des députés présents, avec deux abstentions. Le journal indique que le président de l’assemblée monocolore de la 9ème législature, Amadou Damaro Camara n’a pas voulu entendre la seule voix discordante du député de l’UFD, Mamadou Baadiko Bah. « Ainsi vont la Guinée et ses prétendues richesses minières », s’en indigne le journal qui publie l’intégralité de la position du député sur cette Convention.

« Le prix du carburant doit baisser ! », réclame La Lance qui croit que le gouvernement avait réellement l’intention d’aider les populations, il aurait, sans calculer, revu à la baisse le prix du carburant à la pompe. Ce gouvernement, critique le journal, est resté complètement sourd à tous les appels allant dans le sens. La Lance estime que le carburant étant un produit stratégique, la baisse de son prix à la pompe aura des incidences positives sur tous les domaines et secteurs de la vie économique et sociale, à commencer par le panier de la ménagère.