Revue de presse : visite de Alpha Condé au Port de Conakry, colère du Kountigui, élimination du Syli 

0
1451

Cette semaine les journaux ont réservé leurs colonnes au collectif des victimes des évènements du 4 juillet 1985 qui exigent que justice soit faite. Il est encore question cette semaine des réactions du patriarche de la Basse-côte, Elhadj Sékhouna Soumah vis-à-vis des cadres qui lui ont déclaré la guerre suite à son refus d’une nouvelle constitution pouvant déboucher sur un possible troisième mandat pour le président Alpha Condé. Les hebdomadaires ont aussi relayé les propos du syndicaliste Aboubacar Soumah qui est sorti de son silence pour s’en prendre au pouvoir. Et enfin, nos confrères n’ont pas passé sous silence l’élimination du Syli national de Guinée.

« Le Lynx » du lundi 8 juillet a relayé les propos du patriarche de la Basse-Côte très remonté contre les autorités via les cadres de sa région. Pour Elhadj Sékhouna Soumah, les gens s’en prennent à lui parce qu’il a refusé de se rendre à Kindia où le Chef de l’Etat devrait parrainer une rencontre qui serait consacrée pour le lancement et la sensibilisation pour la nouvelle Constitution. « Actuellement, j’ai cultivé 100 ha de riz. Je ne vis au dépend de personne. Si ce sont eux qui me donnent à manger, qu’ils arrêtent de le faire à partir de maintenant ! Ils verront si je ne vivrai pas. Je leur ai dit que je ne suis pas contre le Président de la République, je suis pour la vérité. Et la vérité finira par éclater. Dites à Malick Sankhon qui est en train de dilapider l’argent de la Caisse Nationale de la Sécurité Sociale de me laisser tranquille ! …Je veux dire à ces cadres de me laisser tranquille. Je suis le Kountigui de la Basse-Côte pas par la volonté d’un cadre. Je suis Kountigui par la volonté des sages et de tous les fils de la Basse-Côte… »  

  Le journal a aussi parlé de la valorisation du textile guinéen. Le confrère a fait un constat important. Les Guinéens après avoir longtemps porté le Bazin malien et sénégalais, consomme désormais les tissus locaux. « Si autrefois les Guinéens étaient les plus grands utilisateurs du Bazin malien, des tissus du Sénégal ou d’autres habits fabriqués à l’étranger, désormais on consomme nos produits fabriqués chez nous. Depuis quelques temps, les réseaux sociaux sont alimentés par une campagne de valorisation du textile guinéen. En faisant en sorte que toutes et tous s’habillent en Leppi, Damier, Kindéli ou encore Forêt Sacrée, le jour de la fête de Tabaski 2019 ».

Quant au journal « Le Populaire », il s’est intéressé au leader du Parti de l’Espoir et du Développement National(PEDN) dont les militants regrettent la longue absence au pays. L’absence prolongée de Lansana Kouyaté inquiète ses militants qui aimeraient le voir sur la scène politique en Guinée.

Le journal a ensuite publié la déclaration du collectif des victimes du 4 juillet 1985 qui se souviennent et réclament justice et réparation de tous les préjudices.

« Le Démocrate » du mardi 9 juillet s’est fait l’écho de la conférence de presse du syndicaliste Aboubacar Soumah. Conférence de presse au cours de laquelle Aboubacar Soumah s’en est pris au gouvernement guinéen qu’il accuse d’ingérence dans les affaires syndicales. « L’USTG qui est l’une des plus fortes centrales syndicales de la Guinée a ses droits confisqués et détruits par le gouvernement », dira-t-il avant d’informer les journalistes qu’à Genève, c’est l’USDG branche Abdoulaye Sow qui a été reconnue par la Confédération Syndicale Internationale.

L’hebdomadaire du mardi est aussi revenu sur la déclaration du collectif des victimes des évènements du 4 juillet 1985 qui demande à l’Etat guinéen à prendre à bras-le-corps le dossier faut de quoi, il menace de porter plainte auprès des structures régionales ou internationales.

« Le standard » a mis en relief le discours du président de l’Assemblée Nationale. Dans ce discours de clôture de la session des lois, Claude Kory Kondiano a brisé le silence sur l’adoption ou non d’une nouvelle Loi Fondamentale. Le président du parlement a emboité le pas aux promoteurs du projet de la nouvelle constitution qui pensent que celle de mai 2010 contiendrait des insuffisances.

Le confrère est aussi allé sur les traces du Chef de l’Etat au Port Autonome de Conakry, où il s’est rendu le 3 juillet dernier. Selon le journal, le Président Alpha Condé aurait félicité la société Albayrak qui serait allée au-delà de son engagement.

« La Lance » du mercredi 10 juillet s’est plus occupée de l’élimination de l’équipe nationale à la CAN. Pour le journal, cette défaite humiliante du Syli National aura le mérite de révéler le niveau de l’équipe nationale. Le confrère va plus loin pour s’en prendre à l’entraineur Paul Put. « Avec cette élimination sans gloire, une évidence saute aux yeux : l’entraineur Paul Put a des certitudes, qui ne font guère recette chez nous. Son plan de jeu et ses choix tactiques ont été des plus déplorables », a dénoncé la lancé.  Et au journal de s’interroger sur l’avenir de cet entraineur avec l’équipe nationale et les décisions à prendre par la Fédération Guinéenne de Football.

La Lance conclura que c’est une défaite préparée et une refonte s’impose pour sortir le football guinéen du trou.