voir Plus
    lundi, 12 avril 2021
    28 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Revue des hebdos :  le départ d’Ibn Chambas,  Scylla dément le Grimpeur…

    Dans les hebdos, cette semaine, le départ d’Ibn Chambas  de l’Afrique de l’Ouest,  la visite de Mamadou Scylla à la prison centrale de Conakry, les hommages à Djibril Tamsir Niane.

    « Adieu Ibn Chambas, le super corrompu », titre à sa Une La Lance pour qui, le départ « précipité » du diplomate onusien de l’Afrique de l’Ouest ne sera pas regretté. « Ibn Chambas est un diplomate qui connaît parfaitement les crises successives dans lesquelles s’est empêtrée la Guinée durant les 25 dernières années, même s’il n’a été nommé au poste de représentant personnel du Secrétaire Général des Nations Unies qu’en 2014. Tout le monde l’a vu à l’œuvre avec l’équipe de Babanguida dans la crise de 2007. Il a même joué les coordinateurs de la ZMAO première formule dans laquelle la Guinée, seul pays francophone de la seconde institution monétaire de l’Afrique de l’Ouest, occupait le poste de secrétaire générale. Mais, avec le soutien total de l’ensemble des institutions de la CEDEAO au 3è d’Alpha Condé, les masques d’Ibn Chambas ne pouvaient ne pas tomber. Laissant apparaître le sourire grimaçant d’une corruption des plus tenaces. Pire, comme le Secrétaire Générale de l’ONU que ce diplomate représentait en Guinée ne faisait pas mystère de sa position suite aux malheureux événements pré et post électoraux de 2020, le sort d’Ibn Chambas semblait scellé… », écrit l’hebdomadaire sur le diplomate onusien.

    « Le Scylla dément le Grimpeur ! », barre à sa Une Le Lynx. Le satirique rappelle qu’Alpha Condé a récemment affirmé qu’il n’y a de prisonniers politiques dans le bled. [Or], le 11 mars, son « faux opposant a rendu visite aux politiciens, détenus à l’Hôtel cinq étoiles de Coronthie ». « Nous pouvons dire que nous sommes satisfaits de notre démarche parce qu’ils nous ont tous remerciés et encouragés à continuer ce que nous sommes en train de faire. Ils disent qu’ils voient nos démarches à travers la télé. Nous avons remonté leur moral et les avons encouragés. J’ai rappelé que moi-même j’ai fait 12 jours ici. L’actuel président a fait 2 ans  et demi ici. J’ai rappelé cela pour qu’ils puissent continuer à avoir le courage », a dit l’opposant cité par l’hebdomadaire satirique.

    « Djibril Tamsir Niane/ Le baobab de l’histoire mandingue », titre Le Populaire à sa Une.  Le journal écrit qu’avec la disparition du professeur Niane, c’est toute l’Afrique culturelle qui perd l’un de ses intellectuels les plus féconds et les plus éminents. L’homme qui naquit le 9 janvier 1932 à Conakry, en terre guinéenne, sous la colonisation française, est mort le 8 mars 2021 à Dakar.

    À LIRE AUSSI

    PUBLIREPORTAGE