Riposte sécuritaire et communautaire contre la Covid-19: Bouréma Condé et Damantang font le point

0
642

Le ministre de l’Administration du territoire et de la décentration et son homologue de la Sécurité et de la protection civile étaientt face à la presse ce mardi 30 juin à Conakry. Général Béréma Condé et Damantang Albert Camara ont mis l’accent sur le  point sur la riposte sécuritaire et communautaire contre la COVID-19 en Guinée.

A cette occasion, dans un discours préliminaire, le Général Bouréma Condé, après un rappel contextuel sur la pandémie, informe sur le confinement en cours à Conakry, depuis le lancement de la campagne « Stop Covid-19 en 60 jours, engageons ». Avec en exergue  les foyers confinés et la prise en charge de ces derniers, non seulement sur le plan sanitaire mais aussi au niveau  financier et en termes de «vivres et autres intrants ».

Selon le tableau présenté à cet effet, il ressort que Kaloum compte 16 foyers confinés et tous pris en charge. Même situation à Dixinn où les 63 foyers sont tous servis. Ainsi qu’à Matam qui affiche 64 foyers confinés, également tous pris en charge. Par contre, les données publiées montrent que « le processus se poursuit » à Matoto, avec 232 foyers servis sur 270 concernés ; également à Ratoma, avec 118 pris en charge sur 121 foyers éligibles.

Tout de même, pendant cette présentation préliminaire, le Ministre Condé fait une nuance de taille selon laquelle «Stop Covid-19 en 60 jours ne signifie pas la fin de la maladie ». Même si c’est ce qu’il fait comme souhait, il s’agit plutôt, selon ses propres termes, de stopper sa propagation. « Le gouvernement avec l’appui des Partenaires Techniques et Financiers a pris des dispositions pour la réussite de cette stratégie, qui devrait mettre un coup d’arrêt à la propagation de la COVID-19 en Guinée», déclare Bouréma Condé.

Parmi les questions auxquelles les conférenciers ont répondues, il y a celles concernant le l’ouverture des frontières au niveau de la CEDEAO, le montant enregistré dans le cadre des contraventions qui frappent les personnes qui ne portent pas de masques en public, la marche projetée par le FNDC le 8 juillet et les excès pour ne pas dire abus de certains agents en tenue dans le cadre du contrôle des mesures prises par l’autorités…

Sur l’ouverture des frontières, le Général Bouréma Condé fera remarquer que la décision relève du président de la République. « Seule la voix des chefs d’Etat qui agissent au nom de leurs pays est prépondérante », dit-il de façon générale. En ce qui concerne le montant payé par les contrevenants au port systématique du masque en public, le ministre Damantang, déclare qu’un montant total de 100 980 000 francs lui a été rapporté par ses services, sur toute l’étendue du territoire nationale. Il reconnaîtra tout de même que les agents sont appelés à plus de discernement dans leur mission qui consiste à faire respecter les mesures barrières… A propos de la marche du 8 juillet et des manifs politiques en général, les conférenciers, estiment que le contexte sanitaire  ne le permet pas…

A noter que lors de ce point de presse, les deux conférenciers, non sans relever les difficultés à faire respecter les mesures de confinement de la ville de Conakry, ont insisté sur la nécessité pour tout le monde de s’impliquer encore plus pour la réussite de la riposte en cours.