Rôle des médias dans la crise sociopolitique en Guinée: la HAC et les patrons de presse se disent les 4 vérités

0
375

La  Haute Autorité de Communication (HAC) et les responsables des organisations de presse ont eu près de trois heures d’échanges sur la situation sociopolitique actuellement tendue dans le pays. Au-delà des patrons de presse, des journalistes ont pris part à cette rencontre convoquée par la HAC en réaction aux accusations contre la presse d’attiser les violences dans le pays.

La responsabilité des journalistes, la professionnalisation de la corporation,  les difficultés rencontrées sur le terrain, tout a été abordé au cours de cette première rencontre. Dans les échanges entre la patronne de l’organe de régulation et les patrons de presse et journalistes, les  « vérités » ont parfois été crues.

 «C’est sur vos radios et télévisions qu’il y a plus de problèmes. L’URTELGUI, vous m’énervez là ! C’est vous qui créez les problèmes, les radios », a même lancé la présidente de la HAC, Martine Condé à l’endroit de l’Union des radios et télévisions libres de Guinée (URTELGUI) dont les responsables ont profité de la rencontre pour évoquer des déboires récemment essuyés par certains membres.

«Aujourd’hui, dès qu’il y a un problème qui se pose, on a tous l’impression que ce sont les radios qui créent. On n’arrive pas à faire la différence entre ce qui s’écrit ou se dit via les réseaux sociaux et ce qui se dit dans les radios…», a dit, à son tour, le président de l’URTELGUI Sanou Kerfalla Cissé.

Le président de l’URTELGUI a signifié à l’assistance que l’Association fait son travail. Selon lui, il arrive souvent à l’URTELGUI de rappeler des  journalistes à l’ordre lorsque des dérapages sont constatés. « Mais, de l’autre côté, quelqu’un l’a d’ailleurs dit : ‘’ il n’y a pas assez de sanction au niveau de la Haute Autorité de la Communication ‘’ », a-t-il répliqué.

Il n’y a pas eu des accusations et contre-accusations. La présidente de la HAC a aussi félicité l’Association guinéenne de la presse en ligne (AGUIPEL) pour son communiqué appelant au professionnalisme en cette période de troubles sociopolitiques.

Des propositions ont été également  formulées. Entre autres, il a été proposé de fédérer les associations de presse afin de taire leurs rivalités. Le président de l’AGUIPEL, Ahmadou Tham Camara, lui, a voulu une rencontre élargie, à laquelle seront conviées les responsables politiques et civiles du pays. D’autres participants ont souhaité la participation des communicants des partis politiques à la prochaine rencontre. Unanimement, autorités de la HAC et patrons de presse ont souhaité que la présente rencontre soit pérennisée.