Route Leprince : quand la hauteur des herbes fait oublier la route urbaine très passante

0
676

C’est connu, la route Leprince ne suggère à l’esprit que les manifestations qui s’y déroulent de manière cyclique.  Les multiples ‘’plaies’’ que l’on remarque sur le bitume, du fait des barricades comburantes qui y sont dressées en période de troubles, sont assez parlantes pour qu’on s’oblige à d’autres rajouts narratifs. Mais, qu’observe-t-on à présent en ces lieux et en certains endroits, pendant qu’une accalmie totale règne,  au grand bonheur de tous ?

Des herbes qui poussent sur le terre-plein central jusqu’à le recouvrir entièrement comme une encolure qui déborde sur la chaussée. Cela s’observe, des environs de la station Barry Deflandre au quartier Darsalam, situé plus haut. C’est sur ce linéaire que l’on rencontre les ilôts de verdure sauvage dont il est question ici. On se croirait en rase campagne, tellement les herbes sont hautes et étalées sur la chaussée. Et c’est un sentiment d’abandon que nous inspire une telle image.

La même réalité était observable, il n’y a pas encore longtemps, sur l’autoroute, entre le carrefour Donka et la passerelle de Coléah. Des équipes sont passées par là depuis, pour nettoyer.

Au moment où nous mettons en ligne, on nous apprend que sur la route Leprince également, quelques efforts sont  visibles qui laissent entrevoir une volonté de nettoyer. Espérons qu’elle ne s’arrête pas en chemin.

Toujours est-il que cela est une nécessité pour nous garantir un cadre de vie propre et agréable. C’est du ressort des collectivités de veiller à ne pas laisser les herbes sauvages se substituer aux ordures. Un autre sujet épineux pour lequel des résultats tangibles sont entrain d’être enregistrés. En effet, l’on constate que depuis la pose des poubelles le long de cette route jusqu’à Kagbélèn, des camions passent  les vidanger, assez régulièrement.

Et c’est tant mieux pour notre santé recouvrée et garantie, dans une capitale où il fait bon vivre, comme du temps où elle s’appelait ‘’perle de l’Afrique occidentale française’’.