Ruée vers les poulets avariés à Conakry : colonel Tiégboro exprime sa rage

0
746

Une vidéo circule sur les réseaux sociaux montrant des jeunes garçons et filles en train de collecter des poulets avariés récemment jetés à la décharge de Dar-es-salam. Ces poulets pourris doivent à nouveau se retrouver sur le marché et se consommer dans des familles.

Selon la citoyenne M’Mah Doumbouya, une habitante du quartier qui a sa baraque d’habitation non loin des lieux, il s’agirait des poulets impropres à la consommation qui ont été saisis le vendredi 8 mai dernier par les éléments du colonel Moussa Tiégboro Camara, dont l’odeur insupportable suffoquait les riverains et même les passants.

Joint par Guinéenews©, le Secrétaire général à la Présidence chargé des Services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé a tenu à apporter les précisions en ces termes avant de proposer l’interdiction de la consommation des poulets non certifiés. Verbatim :

« Notre rôle s’arrête à la saisie et à la sécurisation du trajet pour remettre à d’autres entités. L’incinération appartient donc à ces services. Ce sont :  le ministère de l’Environnement, le ministère du Commerce, le ministère de l’Elevage et le ministère de la Santé. C’est tout cet ensemble qui entre en jeu. Et ce sont eux qui ont charge de nous dire qu’ils ont des fouilles à tel endroit. Ils les envoient là-bas et les incinèrent. Alors, si on nous dit que ces poulets pourris là se retrouvent sur le marché, nous qui les avons découverts, si on n’avait pas voulu vous les montrer, vous n’alliez les voir.

Ce que j’ai vu est extrêmement grave. Et je pense que les services chargés de la fouille et de l’incinération méritent d’être demandés pour explication sur ce fait honteux et dangereux. 

Quant à nous, notre rôle est de saisir afin de mettre à l’abri les citoyens d’un empoisonnement massif. Les citoyens qui ont préféré leur ventre, négligeant ainsi leur santé et surtout celle des enfants, ne sont pas de notre époque et ils méritent de donner une explication claire sur leur motivation car, je suis désolé que la cause soit une simple famine. Sinon, même en prison, on ne mange pas n’importe quoi pour raison de santé qui reste primordiale sur cette terre.

Les chefs de quartiers, chefs de secteurs et surtout les pères de familles qui acceptent que ces poisons entrent chez eux, ont leur part de responsabilité car, l’Etat a joué son rôle: saisir et médiatiser en expliquant les conséquences sanitaires liées à cette pourriture de poulets, trouver un site par le service de l’environnement et autres services étatiques dans le but  d’éloigner ce danger mortel de la portée des hommes normaux, faire des fouilles en plus, les entasser dedans puis y verser du gasoil et mettre le feu. Normalement, un citoyen responsable ne peut pas déterrer ça pour en faire quoique que ce soit.

Je pense qu’il faut interdire momentanément pour raison de santé publique la vente du poulet importé non certifié sur le marché guinéen jusqu’à ce que cette vague de poulets pourris soit sous contrôle des services en charge du contrôle de qualité. Sinon, nos consommateurs qui n’achètent généralement que moins cher sont en danger sanitaire. C’est ma proposition en pareille circonstance. Que Dieu nous préserve ! »