voir Plus
    dimanche, 18 avril 2021
    26 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Santé familiale : les résultats du projet fonds d’opportunités catalytiques pour le passage à l’échelle du DMPA-SC en débats à Conakry

    Le ministère de la Santé, avec l’appui de Jhpiego, a organisé ce lundi 14 décembre dans un réceptif hôtelier de la place une réunion de partage des résultats de l’intégration dans la ville de Conakry du projet fonds d’opportunités catalytiques pour le passage à l’échelle du DMPA-SC, y compris l’auto-injection.

    Dans son allocution de circonstance, la Directrice Nationale de la Santé Familiale et de la Nutrition, Dr. Djenè Fadima Kaba, a rappelé le rôle du projet dans le cadre de la mise en place d’un partenariat qui a impliqué 49 cliniques privées et ONG dans les activités de la Planification Familiale notamment le DMPA-SC, y compris l’auto-injection (…).

    Le projet a permis, a-t-elle déclaré, d’assurer la formation de 394 prestataires des secteurs publics et privés de la santé dans la ville de Conakry : « le projet a également permis de mobiliser en 9 mois, une expertise considérable pour contribuer au renforcement de la Planification Familiale (PF) en appuyant les stratégies du ministère de la Santé. »

    Dans la même logique, elle a témoigné que le travail accompli par les parties prenantes a eu sans nul doute un impact réel et concret sur l’atteinte des objectifs inscrits dans la note conceptuelle pour l’introduction et le passage à l’échelle du DMPA-SC, y compris l’auto-injection ainsi que le plan national budgétisé PF 2018-2023.

    Interrogé, Dr. Mamadou Camara, formateur en planification familiale en service au Centre Médical Communal (CMC) de Coléah a égrené quelques avantages liés à la PF.

    « Pour qu’une femme accepte de se planifier, il faut qu’elle sache pourquoi elle doit se planifier. Une fois qu’elle est imprégnée du bien fait de la PF, elle va accepter de se planifier. Nous avons plusieurs formes de planification familiale (…). Les avantages de la planification familiale se situent en trois volets. D’abord, la santé de la mère est garantie. Car en réalité, une femme qui accouche, elle doit se reposer pendant deux ans à trois ans avant de prendre une nouvelle grossesse. Ensuite, le renforcement du bien-être de l’enfant et de sa mère en évitant les accouchements prématurés ou encore un faible poids à la naissance. Enfin, pour le couple, c’est une économie parce la prise en charge de plusieurs enfants n’est pas facile », a-t-il expliqué.

    Pour sa part, Dr. Jean-Tamba Tagbino, médecin-chef au centre médical Mama Ester de Sonfonia, a promis de multiplier les sensibilisations à tous les niveaux en expliquant aux femmes qu’il existe désormais une nouvelle méthode contraceptive fiable à faible coût pour se planifier. « Nous demandons qu’on nous accompagne…», a-t-il lancé.

    Prenant la parole, Dr. Suzanne Austin, conseillère senior en planification familiale au JhPiego et également le point focal du DMPA-SC, y compris l’auto-injection en Guinée, a déclaré que l’objectif de la rencontre est de partager, grâce aux fonds catalytiques de CHAI, les résultats produits depuis le démarrage dudit projet.

    D’après elle, l’importance de la PF est de permettre aux femmes et aux filles en âge de procréer d’avoir le nombre d’enfants voulu et au moment voulu. « Il est aussi question de permettre aux couples d’espacer les naissances au moins deux à trois ans pour pouvoir se reposer avant de porter à nouveau une nouvelle grossesse qui n’est pas une grossesse à risque sur la santé de la femme », a-t-elle signalé.

    A en croire Dr. Suzane Austin, il y a beaucoup de produits contraceptifs dans les centres de santé mais, a-t-elle rassuré, le DMPA-SC, y compris l’auto-injection est une innovation. « Il a été introduit en Guinée il y a deux ans. Il n’était offert qu’aux sept régions administratives de la Guinée. Cette fois-ci, à travers le fonds d’opportunités catalytiques, nous avons pu l’introduire dans la ville de Conakry à cause de la densité de la population mais aussi, à cause de la présence de plusieurs structures sanitaires publiques et privées.  La PF permet de réduire la mortalité maternelle et infantile.  Aujourd’hui, les résultats du DMPA-SC y compris l’auto-infection sont satisfaisants et encourageants », a-t-elle laissé entendre.

    Faut-il préciser qu’à Conakry, 76 structures sanitaires publiques et privées offrent la méthode du DMPA-SC, y compris l’auto-injection qui est une injection sous cutanée renouvelable chaque 3 mois. Le prestataire de santé peut l’offrir et la femme pourra aussi se le procurer et l’utiliser elle-même à la maison au moment indiqué. « A ce jour : 1,842 femmes ont opté pour le DMPA-SC, y compris l’auto-injection dont 22% pour l’auto – injection », apprend-on.

    Ils s’étaient présents à cette réunion, les cadres du ministère de la santé, les partenaires techniques et financiers (OMS, UNFPA, KFW, GIZ, DKT, Chemonics, USAID, OSC, AGBEF, journalistes) ; la Direction de la santé de la ville de Conakry ; les Directions communales de la santé de Conakry, les équipes cadres des 7 Directions régionales de la santé, les Cliniques/ONG privées et les structures publiques.

    Lire vidéo:

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE