Santé : la CTN-FBR du ministère de la Santé présente son rapport du costing de la zone du PRSCS pour une amélioration des prestations sanitaires en Guinée

0
493

La salle de réunion du ministère de la Santé a récemment abrité les travaux d’un atelier de présentation du rapport costing du Financement  Basé sur les Résultats (FBR) de la zone du projet de renforcement des services et capacités sanitaires (PRSCS), en présence du Directeur national adjoint des Etablissements hospitaliers et de l’hygiène sanitaire, Dr Mohamed Tidiane Barry, du Coordinateur de cette approche, Dr Daman Kéita ainsi que des représentants des différentes directions nationales dudit ministère et des partenaires techniques et financiers.

Au cours de sa présentation, le Consultant, Boukary Tafsoba, économiste, spécialisé en système de santé a indiqué que, pour la réalisation de cette étude qui a duré près d’un (1) mois, il a fait d’abord eu des entretiens au niveau central avec plusieurs hauts cadres du ministère de la Santé, avant de de se rendre par la suite sur le terrain. Notamment dans la région administrative de Kindia pour la collecte des données sur certains indicateurs phares sous FBR au niveau  de la direction préfectorale de la Santé (DPS) de Dubréka incluant certaines structures de prestations de soins, certains responsables des collectivités locales, au niveau de la Direction Régionale de la Santé de Kindia y compris les autorités de l’hôpital régional de ladite région.

A partir donc des indicateurs définis préalablement par le ministère de la Santé, le travail de l’équipe de collecte a consisté à déterminer le coût de mise en œuvre de la Stratégie FBR sur toute la période du projet (décembre 2020 – mai 2023). Ce qui a permis d’évaluer pour chaque indicateur et pour chaque niveau le payement nécessaire au profit de chaque formation sanitaire et acteur impliqué dans la mise en œuvre de l’approche, pour un coût global de la mise en œuvre égal à 16 879 080 USD, soit 142 356 218 382 GNF.

Poursuivant, il dira que le FBR est absolument indispensable pour l’amélioration du système sanitaire actuel d’où, une réforme du système de santé. « On améliore les indicateurs de santé du pays. Et du coup, à travers l’achat des prestations, les formations sanitaires auront aussi des ressources pour améliorer leurs prestations et surtout pour la motivation des agents de santé. Généralement, les conditions de travail sont pénibles dans les formations sanitaires et le salaire n’est pas très motivant. Mais, à travers le FBR, les formations sanitaires qui vont bien travailler, auront suffisamment des ressources dont une partie servira à améliorer les conditions de travail, à payer des outils, des médicaments, mais aussi améliorer les activités opérationnelles contenues dans un plan d’affaire (autrement appelé Plan d’action opérationnel).

Appréciant la qualité du travail, Dr Mohamed Tidiane Barry s’inscrira dans la même dynamique en soutenant que « le projet financé par la Banque Mondiale à travers le PRSCS améliorera la qualité des prestations sanitaires et permettra à la population guinéenne d’accéder plus facilement à des soins de santé de qualité.

« Pour ce faire, nous avons identifié des prestations essentielles sur la base desquelles, les hôpitaux, les centres de santé, les services à base communautaire, les directions régionales et préfectorales de la Santé seront évalués. Le coût de ces prestations leur sera restitué. Donc, ce Costing ou budgétisation a été mis en place afin que nous convenions des bases sur lesquelles ce payement se fera, pour ne pas qu’il y ait une cacophonie », a-t-il, conclu.

S’exprimant au nom des partenaires financiers et techniques, la représentante de l’UNFPA en Guinée, Mme Barbara SOW fera remarquer que le FBR offre une opportunité innovante, novatrice et accompagne le système de santé à tous les niveaux, le tout dans une approche motivant les prestataires.

Avant de préciser : « Nous sommes en train de faire actuellement sur le terrain la mise en œuvre de ce mécanisme de financement. C’est un accompagnement technique pour le moment, en attendant de voir comment cela va évoluer, mais aussi de voir comment motiver tous les partenaires afin d’accompagner ce processus. Le Système des Nations unies attend un accès plus élevé des femmes et des jeunes aux services de santé, mais aussi que la santé globale de la population guinéenne soit améliorée ».

Le Coordinateur de la Cellule technique nationale de financement basé sur les résultats (CTN-FBR) du ministère de la Santé, Dr  Daman Keita tout en se félicitant du niveau atteint, a ajouté que ce projet de façon générale, est une approche de réforme du système de santé. Celui-ci est basé sur un certain nombre de valeurs, comme la séparation des fonctions, la contractualisation des prestations sur la base des indicateurs consensuels du ministère de la Santé avec la partenaires techniques et financiers. Sans compter, le renforcement du partenariat public-privé, la vérification de la qualité et de la quantité des prestations par des structures indépendantes en vue d’offrir une bonne qualité des services de santé aux guinéens tout en prenant en compte la zones et des personnes les plus vulnérables à travers un bonus d’équité. C’est dans cette optique que les indigents bénéficieront gratuitement des soins et services de santé dans les quatre (4) districts sanitaires couverts par ce projet.

A rappeler que la CTN-FBR du ministère de la Santé a pour missions essentielles : d’assurer la coordination de l’ensemble des activités en lien avec l’approche FBR à tous les niveaux de la pyramide sanitaire. Il s’agit particulièrement de l’élaboration des documents de normes et procédures de mise en œuvre du FBR; la planification et le suivi de la mise en œuvre de ses interventions; la mobilisation de ses ressources nécessaires et; l’évaluation de l’impact de l’approche FBR au niveau des structures cibles.

A Camara