Santé/Labé: hausse mensuelle considérable des cas de diabète

0
615

Dans la région administrative de Labé, le diabète est en train de gagner du terrain. Avec un total qui atteint les 300 cas positifs dépistés par mois au niveau de l’hôpital régional, cette maladie risque de faire de nombreuses victimes dans la localité si les citoyens n’y prennent garde. Face à cette situation inquiétante, les autorités sanitaires en collaboration avec les autorités locales devraient sensibiliser les populations.

« Il y a trop de diabétiques dans notre région. Ils viennent de partout, de toutes les préfectures et au quotidien. On peut avoir 300 malades par mois. Donc, chaque fois on dépiste davantage », déclare docteur Diallo Mamadou Dian, chef du service de la diabétologie de l’hôpital régional de Labé.

Ce service ne dispose que de pratiquement deux salles d’hospitalisations dont une pour les hommes et l’autre pour les femmes avec une capacité d’accueil de 10  d’hospitalisation pour un personnel composé d’une dizaine de personnes dont deux médecins, la surveillante et les autres infirmiers. a appris Guineenews de source officielle.

L’autre aspect du problème, c’est le suivi des malades comme l’explique ici docteur Mamadou Dian Diallo : « on peut avoir au moins 380 personnes qui sont suivi es régulièrement. Il y a d’autres qui sont dans les cliniques. On ne nous les envoie que dans des conditions très compliquées. Ce qu’on ne souhaite pas. Quand un malade est dépisté diabétique dans une clinique, la logique voudrait qu’on l’oriente dans les services spécialisés pour aider le malade parce qu’il ne s’agit pas seulement de donner des médicaments. Mais, il y a ce qu’on appelle l’éducation thérapeutique. On les explique comment ils vont gérer leur diabète à la maison, comment ils vont prendre les médicaments, comment se protéger pour prévenir des complications qui peuvent venir notamment des plaies diabétique. Il y a beaucoup de plaies qui interviennent et la prise en charge est très compliquée », martèle-t-il.

Pour ce qui est du  diabète à Labé, le chef du service estime qu’il  » attaque toute personne. Que ça soit un enfant, un adulte ou un vieux. Si vous constatez, on a des enfants diabétiques ici qui viennent les jeudis. Eux, ils ne viennent pas avec les adultes parce qu’ils ont le diabète qu’on appelle diabète de type 1. Eux, ils ne prennent que de l’insuline qui est injectable. Donc, ils prennent des piqûres matin, midi et soir. Heureusement, de nos jours, il y a une prise en charge gratuite pour ces enfants-là et ils ne viennent que par rendez-vous à chaque deux semaines. Ils sont nombreux, on a une centaine d’enfants diabétiques ici. Il y a les adultes aussi qui peuvent avoir le diabète au-delà de 40 ans. Il y a même certains qu’on reçoit ici alors que le diabète de type 2 vient à partir de 20 ans, 25, 30 ans. Donc ça dépend surtout si la personne a des antécédents familiaux de diabète. Celui qui a un parent diabétique, même si vous avez 20, 25 ans vous pouvez développer le diabète si le mode de vie n’est pas sain ».

Eu égard à toutes ces explications, il convient de reconnaître que le diabète fait partie des grandes menaces de santé publique dans la région administrative de Labé.

A suivre !