Santé : L’Assemblée nationale adopte le Traité de création de l’AMA

0
335

A la suite des fortes charges de morbidité et des taux de mortalité élevés en Afrique, la défaillance des systèmes de santé, le coût élevé et le manque de qualité des médicaments, les chefs d’Etat africains ont décidé de la création d’une Agence continentale du médicament.

La décision de la création de cette structure a été approuvée et adoptée le 11 février 2019 à Addis-Abeba (Ethiopie). Mais pour que cette Agence, appelée AMA entre en vigueur, il faut sa ratification par au moins 15 gouvernements membres de l’Union africaine.

La Guinée a donné sa position sur ce cette agence, puisque le 10 novembre, l’Assemblée nationale a autorisé le gouvernement guinéen à ratifier le Traité fondateur de l’AMA qui devra contribuer à l’amélioration des systèmes régulation de santé en Afrique.

« L’Agence africaine du médicament (AMA) pourrait faire partie de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) par l’exploitation de l’immense potentiel que recèle l’industrie pharmaceutique en Afrique : de 14 milliards de dollars américains en 2017 à 22 milliards de dollars américains d’ici à 2025. Ceci permettrait de limiter notre forte dépendance vis-à-vis des partenaires extérieurs en matière de médicaments et de technologie de santé », a expliqué le Dr Souleymane Touré, rapporteur de la Commission Santé de l’Assemblée nationale.

Plus loin, le député explique les avantages de l’AMA une fois opérationnelle. Il s’agit entre autres, d’accroitre l’accès aux médicaments et produits de santé sûrs, efficaces et de bonne qualité ; lutter contre les produits de qualité inférieure ou falsifiés ; favoriser la production locale ; coordonner les examens conjoints des demandes de réalisation d’essais cliniques ; fournir des orientations sur la procédure de demande d’autorisation de mise sur le marché pour les médicaments.