Santé : L’Association Guinée Solidarité Médicale vole au secours de l’hôpital de Mandiana

avril 2, 2018 3:06
0

L’hôpital préfectoral de Mandiana vient de tourner sa triste page de plus d’une décennie de pénurie d’eau potable. Ceci grâce au concours de l’Association Guinée Solidarité Médicale en partenariat avec les ONG Françaises Aide Médicale au Développement (AMD) et de Maroua à Mokolo.

L’adduction en eau potable que vient ainsi de bénéficier l’hôpital de Mandiana, est un forage connecté à des panneaux photovoltaïques alimentant 2 cuves de 5 000 litres chacun et qui fonctionne 24 heures sur 24. Ce qui, dorénavant, permet à tous les services du centre hospitalier d’avoir de l’eau potable y compris les latrines.

Ce qui est un motif de satisfaction pour le chirurgien chef et directeur intérimaire de l’hôpital préfectoral de Mandiana, Dr Sidibé Lanciné. « C’est avec un énorme soulagement que nous recevons cette source d’approvisionnement d’eau potable 24 heures sur 24 dans notre structure sanitaire. Car avant, nous étions amenés à faire recours aux eaux du fleuve non potable pour nos besoins ici », s’est-il réjouit.

Outre l’accès à l’eau potable, les ONG ont fait don d’un important lot de matériels médical, des consommables à l’hôpital préfectoral et aux 12 centre de santé dans les sous-préfectures avec à la clé, une formation de trente infirmiers et agents de santé communautaires en hygiène hospitalière, en soins d’urgence et en technique d’immobilisation et de plâtrage avec un coût global estimé à 57 000 Euros (près de 600 millions de francs guinéens).

L’enceinte de l’hôpital préfectoral de Mandiana a servi de cadre le dimanche 1er avril 2018, à la remise officielle des équipements, matériels médicaux et les attestations de formation pour les trente infirmiers et agents de santé communautaires.

Outre les responsables des ONG donatrices, les autorités locales y ont pris part avec notamment le secrétaire général chargé de l’administration qui a représenté le préfet Cheick Mohamed Diallo.

A cette occasion, Dr Keita Badra Aly médecin gastro-entérologue au CH de Vichy en France et président de l’Association Guinée Solidarité Médicale, a non seulement justifié le choix de Mandiana mais a aussi insisté      sur la bonne utilisation du matériel et consommables.

« Nous avons porté le choix sur Mandiana parce que c’était un hôpital qui était vraiment dans le besoin et donc qui collait tout à fait avec nos objectifs », a indiqué Dr Keita. Et de réitérer avec insistance que les consommables offerts à l’hôpital et aux centres de santé dans les sous-préfectures soient utilisés à bon escient.

Gilles Laurent infirmier au CH de Voiron (France) et président de l’ONG De Maroua à Mokolo qui a donné l’un des 3 modules de formation aux agents de santé, s’est dit pour sa part rassuré de la mise en pratique des connaissances acquises. « Avec la motivation et le niveau de compréhension constatés chez les stagiaires pendant la semaine de formation, je suis sûr que les infirmiers qui travaillent dans les dispensaires isolés en brousse et qui ont à gérer, à transférer ou à référer un patient à l’hôpital de Mandiana ou de Kankan savent immobiliser correctement un patient avec des plâtres pour qu’ils n’aient pas mal et qu’ils puissent supporter le voyage par exemple », s’est-il réjoui.

Quant au représentant résident de l’Association Guinée Solidarité Médicale Professeur Selly Camara, il s’est dit satisfait de cette intervention à Mandiana qu’il considère comme une zone vulnérable et dont l’intervention de l’Etat semble insuffisante.

Selon lui, depuis 2016 année à laquelle l’ONG s’est installée en Guinée, Mandiana serait la troisième zone à bénéficier de leur intervention après l’hôpital National Ignace Deen de Conakry, l’hôpital préfectoral de Kouroussa et le dispensaire du district de Saraya dans Kouroussa. Et en termes de perspectives, ces interventions devraient se poursuivre dans les autres régions de la Guinée.