Sciences techniques : la Guinée aura bientôt son académie (ministre)

septembre 9, 2019 7:07

Plusieurs pays moins avancés (PMA) échangent actuellement à Conakry afin d’identifier des perspectives pour le renforcement de leurs académies nationales des sciences. La rencontre, qui dure du 9 au 10 septembre 2019, vise à aider ces pays moins avancés à se doter de capacités en matière de sciences, technologies et innovations (STI) afin de promouvoir la transformation structurelle de leur économie, éliminer la pauvreté et favoriser le développement durable.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé, soutient que le développement durable des pays moins avancés doit passer nécessairement par un socle scientifique solide.

Plus loin, le ministre Yéro Baldé a rappelé l’agenda 2063 de l’Union africaine, les Objectifs de développement durable (ODD) dont l’échéance est fixée à 2030. Malgré l’engagement du gouvernement guinéen, souligne le ministre, l’atteinte de ces objectifs est très n’est pas pour demain : « En dépit des efforts louables du gouvernement, il faut reconnaitre que ces objectifs sont encore loin d’être atteints. L’éducation, le système de santé, la biodiversité, le genre sont autant de défis qu’il faille relever par une concertation et une réflexion éclairées au niveau des académies, des gouvernements, des structures privées et des communautés. »

Le ministre de l’Enseignement supérieur annonce que la Guinée aura bientôt son académie des sciences : « Nous aurons enfin, pour très bientôt, notre académie des sciences de Guinée. Je vous rappelle que ce dossier est passé en Conseil interministériel et il a été approuvé. Il devait aller en Conseil des ministres pour approbation, mais nous avons jugé nécessaire d’attendre que ce forum ait lieu, pour que la Guinée puisse bénéficier des expériences des autres académies avant que je ne puisse faire avancer le dossier. Le décret est prêt pour être signé, mais il y avait des discussions entre décret et loi et je pense qu’à l’issue de ce forum, nous aurons une meilleure indication, à quel type d’argument juridique nous devons utiliser pour la création de l’académie des sciences de Guinée ».

Quant au Pr Georges Alfred Ki-Zerbo, coordinateur résident du Système des Nations unies, il a rappelé l’importance des technologies dans le développement économique et social : « Il n’est plus à prouver aujourd’hui que les technologies de l’information et de la communication sont un facteur de transformation important en matière de développement économique et social. Le potentiel est immense pour faire opérer un bond technologique, promouvoir un développement plus inclusif et intégrer le contexte socioéconomique de nos pays. »

Le Directeur général de la Banque de Technologie des Nations unies, Joshua Setipa, a salué le leadership de la Guinée dans la création de ladite banque, et dit compter sur le gouvernement guinéen pour la continuité du soutien.

Il faut préciser que le Bénin, le Togo, le Burkina Faso, le Mali, le Sénégal, la République centrafricaine (RCA), la République démocratique du Condé (RDC) prennent part à cette rencontre de Conakry.

Lire vidéo: