Sékou Camara de l’ex OGC, condamné : « Le droit n’a pas été dit » (Agent judiciaire de l’Etat)

janvier 24, 2019 8:35

Son dossier séparé de celui de Paul Moussa Diawara – qui a récusé le juge Ibrahima Kabèlè du TPI (tribunal de première instance) de Kaloum –, l’ex directeur de l’Office Guinéen des Chargeurs (devenu Conseil Guinéen des Chargeurs), Sékou Camara a été condamné à cinq ans de prison avec sursis et au paiement d’une amende de 20 millions de francs guinéens, a appris Guinéenews© d’une source judiciaire. Son co-prévenu et ancien ex-responsable financier de l’OGC Mamadou Saliou Barry a été condamné à 10 ans de prison par contumace. La décision est tombée lundi 21 janvier, selon notre source d’information.

En déclarant coupables les prévenus, le tribunal de première instance de Kaloum confirme le rapport d’enquête de l’inspection générale de l’Etat qui accuse Sékou Camara de détournement de 25 milliards 491 millions de francs guinéens de la régie financière devenue CGC (Conseil Guinéen des Chargeurs).

En plus de la peine de prison et de l’amende, le tribunal a condamné les prévenus à la restitution de la somme détournée avec une mesure spéciale de confiscation de leurs biens. Pour  l’agent judiciaire de l’Etat, il y a eu « trop de clémence dans la décision » du juge. « Il y a eu des mesures de sursis, alors que conformément à la loi, sur le détournement de deniers publics, notamment les dispositions de l’article 461, le sursis n’est accordé qu’aux fonctionnaires ou particuliers ayant restitué tout ou une partie des fonds compromis dans un délai d’un mois à compter de l’ouverture des poursuites », a dénoncé Me Mory Doumbouya, l’agent judiciaire de l’Etat. « Dans ce dossier, tel n’a pas été le cas. Il est vrai que », a ajouté Me Doumbouya, qui a décidé de faire appel de la décision pour que la Cour d’appel réexamine le dossier.

Qu’en est-il de la défense qui a toujours clamé l’innocence de son client ? Va-t-elle, elle aussi, faire appel de la décision ? Joint au téléphone par Guinéenews©, Me Saliou Danfaga, l’avocat de Sékou Camara, a préféré se concerter d’abord avec son client avant de dire quoi que ce soit.