Koureissy chez Dalein : « J’ai trouvé auprès de lui l’expression d’une volonté de dialogue »

novembre 8, 2018 6:14
0

Le meurtre de deux jeunes par balles au quartier Wanindara, dans la commune de Ratoma, radicalise davantage Cellou Dalein Diallo et ses partisans. Ce jeudi 8 novembre, alors qu’il devait organiser une marche avec ses pairs de l’opposition, Cellou Dalein Diallo a reçu à son domicile le Dr Sékou Koureissy Condé, ancien ministre de la Sécurité, reconverti en activiste de la société civile.

Au sortir de cette rencontre avec Cellou Dalein Diallo, le Dr Condé a expliqué à la presse l’objectif de sa visite : « je suis venu rencontrer le président de l’UFDG,  chef de file de l’opposition, pour m’enquérir des dernières dispositions qu’ils envisagent face aux actes de violence et le nombre de morts qui s’accroit. »

La nouvelle crise politique est née du non-respect de l’accord politique du 8 août 2018 dans le cadre de l’installation des conseillers communaux élus depuis le 4 février dernier. Suite à la  »violation » de cet accord, le président de l’UFDG a engagé un bras de fer avec le pouvoir et dit clairement qu’il ne va plus négocier avec Alpha Condé. Pourtant, cette rencontre avec Kouresissy Condé pourrait lui faire changer d’avis. En tout cas, c’est ce qu’on peut imaginer dans la déclaration de M. Condé : «J’ai trouvé auprès de lui (Cellou Dalein Diallo, ndlr) l’expression d’une volonté du dialogue sur la base du respect des accords conclus entre l’opposition républicaine et la mouvance présidentielle. »

Et Sékou Koureissy d’affirmer clairement que la nécessité de dialogue s’impose : « je pense que nous devons évoluer vers des négociations, des dialogues,  en vue de la mise en œuvre de ce qui a été arrêté et de ce qui a été convenu. Il y va de l’intérêt de notre pays,  il y va de la paix et de la quiétude. Je pense que nous avons atteint un niveau de violence extrêmement élevé, et nous avons atteint un niveau de dérapage que tous les citoyens ont besoin d’imaginer les conséquences. Il est important que chacun de nous s’engage dans la restauration de la confiance, du dialogue pour que la mise en œuvre des accords soient la priorité entre l’opposition républicaine et la mouvance présidentielle. […] Un mort d’homme en Guinée est une perte pour toute la Guinée. »

A en croire les mots de Koureissy Condé, il y a une question de justice dans l’accord du 8 août : « Je sors ici préoccupé, parce que lorsque le président de l’UFDG vous explique les mécanismes des accords, les discussions intervenues, il y a une question de justice. Je pense que ce pays-là a besoin de justice. Il faut s’écouter. Je pense que l’écoute est nécessaire. Il y a une incompréhension, une crise de confiance. Il faut restaurer la confiance. Toutes les personnes de bonne volonté doivent aller dans ce sens. »

Après l’UFDG, Koureissy Condé a promis d’aller au RPG Arc-en-ciel pour parler aux responsables dudit parti de la situation actuelle du pays et des conséquences que cela pourrait engendrer. Une manière d’amener les deux parties (Mouvance et Opposition) à des meilleurs sentiments.