SENACIP à Lola: le préfet profite de l’édition 2019 pour cultiver le fairplay  politique

0
515

Le préfet de Lola a profité du lancement de la semaine nationale pour la citoyenneté  et  la paix (SENACIP) pour inviter les populations à privilégier le fairplay politique.

La salle de réunion  de la préfecture de Lola a servi de cadre au lancement des activités cet événement dans cette commune urbaine  du sud-est de la Guinée  ce mardi,  en présence  des autorités préfectorales, communales  et des représentants des confessions religieuses.

Dans  son discours de circonstance, le délégué  préfectoral  de la SENACIP,  Moussa Loua a remercié les autorités  et la population pour l’accueil chaleureux dont ils ont bénéficié de leur part,  avant de planter ensuite le décor.

« Nous sommes réunis ce mardi ici pour procéder au lancement  des activités  de la SENACIP. Avec pour thème ‘’voter, devoir et droit  du citoyen; user de vos droits ; faites vos devoirs’’,  est d’une importance capitale, car notre pays se dirige vers des scrutins électoraux aux enjeux nationaux et cruciaux », a-t-il noté.

Avant d’exhorter les populations de Lola à adopter des comportements civiques et patriotiques dans l’intérêt de la nation guinéenne.

 Prenant la parole  à son tour, le préfet de Lola Saa Yola Tolno a rappelé qu’il est devenu ‘’une tradition que chaque année  en ce moment précis,  qu’on se retrouve pour tirer les leçons du passé.’’

Selon M. le préfet, a indiqué que cet événement a été initié pour éviter à la Guinée de devenir une poudrière, à cause des tensions sociopolitiques.

Prenant  l’exemple  sur le Liberia de la Côte d’ivoire, des pays voisins qui ont connus les affres de la guerre civile.

Le préfet a déploré que les sages ne soient plus  respectés  bi écoutés. Et que tout ce qu’ils  disent est foulé au pied.

Et que les oiseaux de mauvaise augure guettent toujours des élections, pour réanimer  le feu de la division, le feu de l’affrontement.

« N’acceptons pas de nous affronter  pour des raisons politiques,  si on s’affronte, on utilise les armes, l’arme ne connait pas celui qui est du RPG, de l’UFDG, ni celui qui est de l’UFR. Si une la balle  est tirée, elle ne demande pas tu es de quel bord politique,  et quand  ils lancent les cailloux ils ne demandent sur qui ils vont tomber », a-t-il prêché.

Il a insisté pour finir, sur le fait que la politique soit ‘’une sorte de cousinage à plaisanterie. Ce n’est pas un lieu où on vient se faire humilier  ou bien on vient humilier les autres, ce n’est pas un lieu où on vient faire non plus une démonstration de force.’’