Sénégal : Les carottes de 2020 sont-elles cuites pour Khalifa Sall ?

avril 3, 2018 11:08
0

Cinq ans d’écopés pour le maire de Dakar, dont les partisans crient à toute voix à un procès politique dans le but de lui barrer la route de la présidence. Du déjà entendu. Puisque lors de la détention de Karim Wade, les partisans de celui-ci avaient sorti la même rengaine. Pour autant, une certaine somme consistante a été ramenée dans les caisses, en plus, depuis que Karim est élargi pour le Qatar, il est muet comme qui-là, quand il est sorti de la Maison Centrale de Coronthie. Pourquoi le fils de son père n’a plus clamé son innocence ?

Quant au maire de Dakar, il a plongé la main dans la caisse de la mairie et a distribué de l’argent  qu’il ne considère mordicus pas comme argent politique à des femmes politiques, qui n’ont cessé de clabauder contre les dérives de Macky Sall, le faisant passer pour quelqu’un qui tient à éliminer tous les concurrents politiques par des moyens détournés et en faisant passer la justice du Sénégal pour une justice aux ordres.

Si l’argent n’est pas politique, a-t-on le droit de le dilapider à des fins politiques ?

De là, y a-t-il instrumentalisation  ou pas, que la question se pose. Si la justice est aux ordres, elle n’y est pas allée du dos de la cuillère. Les cinq ans de Khalifa l’empêchent tout juste de se présenter à la prochaine présidentielle, et cette fois-ci, on peut s’en douter, la justice lui collera au casier judiciaire quelque chose pas beau pour l’empêcher d’être le futur candidat de l’opposition sénégalaise.

Mais encore, la modique somme détournée par Khalifa est-elle de commune mesure avec le pactole reproché à Karim Wade ? Pourquoi les peines ne sont pas égales mais elles sont inversement proportionnelles ? Qu’on nous éclaire un peu la lanterne sur la question.

Ainsi, pour l’instant, Macky Sall n’a plus devant lui un adversaire de taille, les partisans de Khalifa Sall avaient mis tous les œufs dans un seul panier et trop prématurément. Ils peuvent en pleurer par immaturité politique, exactement comme Karim Wade, qui était allé plus vite en besogne pour se retrouver à la case départ.

Y aura-t-il appel ?