Sidya sur le fichier électoral : « Je ne vois pas de raison pour laquelle nous irons à des élections où…»

décembre 13, 2018 4:50

Le président de l’Union des Forces Républicaines n’est pas prêt à aller aux élections avec l’actuel fichier électoral guinéen s’il n’est pas révisé. Il l’a fait savoir ce mercredi en marge d’une conférence de presse tenue à Conakry au lendemain de sa démission au poste de Haut Représentant du Chef de l’Etat. Après avoir donc fustigé le fichier qui a conduit à l’élection présidentielle de 2015, Sidya Touré a donné la position de son parti par rapport au dit fichier. Nous vous proposons l’intégralité de ses propos sur le sujet.

« Nous avons un fichier électoral que nous avons utilisé à l’élection présidentielle de 2010. Tout le monde connait les résultats. Nous avions un  peu plus de 4 millions 132 mille électeurs pour toute la Guinée. A l’élection présidentielle de 2015, on nous présente un fichier de six millions 3oo mille électeurs. On a tenté de comprendre ce qui se passait. Nous avons fini par nous mettre d’accord qu’il fallait faire auditer ce fichier. Les experts ont fait le travail. On s’est aperçu qu’un million 514 mille électeurs n’avaient pas leurs empreintes dans le fichier.

Donc quand on vous dit qu’on a un fichier biométrique et que plus d’un million ne sont pas biométriques, vous vous demandez d’où ils sortent. Et quand vous regardez aussi la répartition géographique, ça ne trompe pas, c’est Nzérékoré, c’est kankan, c’est Faranah et un peu à Labé. La réalité, c’est que ce fichier ne correspond pas au corps électoral du pays. Cela ne donne que des résultats fauchés.

Nous avons donc demandé qu’on procède à la révision du fichier avec la possibilité de permettre à tout le monde de revenir pour mettre leurs empruntes sur la machine ou qu’on reprenne complètement le fichier. C’est un point sur lequel nous ne comptons pas bouger parce que je ne vois pas de raison pour laquelle nous irons à des élections ou un tiers de l’électorat est inexistant et fictif. En tout cas, en ce qui concerne le fichier, c’est notre position et nous essayerons de l’expliquer à tout un chacun. Encore,  si on veut des élections transparentes, il faut s’assurer qu’on a un fichier qui est compatible ».