Sidya Touré : « 2020 est une année de revendication et de refus du 3ème mandat de Alpha Condé »

0
620

Le président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), Sidya Touré a présidé la première assemblée générale de l’année 2020 de son parti. C’était ce samedi 4 janvier à Conakry. Une occasion que l’ancien Premier ministre a mise à profit pour présenter ses vœux de nouvel an à ses militants avant d’inviter ces derniers à se mobiliser pour la marche du 6 janvier.

 

« Les Guinéens ont trop souffert. Je l’ai dit dans mon adresse à la nation. 2019 a été une année de perdu pour les Guinéens. Ils ont été malheureux à tout point de vue. L’école n’a pas fonctionné, l’inflation a laminé totalement leur revenu, les problèmes de santé n’ont pas été réglés, parce que 4 ans après, on n’arrive même pas livrer le seul hôpital de notre pays, les routes, on n’en parle pas. Nous souhaitons que ces malheurs puissent disparaitre et que nous ayons la possibilité d’avoir une alternance démocratique dans notre pays, et que l’UFR accède au pouvoir afin de pouvoir appliquer son programme. C’est un programme de bien-être pour les Guinéens, un programme de progrès, un programme de développement économique et social, un programme d’accroissement de la richesse, mais de répartition de cette richesse qui est actuellement tenue par une centaine de personnes qui alimente la corruption dans notre pays », a lancé Sidya Touré dès l’entame.

 Pour le président de l’UFR, si conformément à la Constitution, le mandat d’Alpha Condé prend fin en 2020, le combat pour l’alternance doit continuer pour que le pouvoir revienne au peuple. « Nous disons, il n’y a pas de coup d’Etat. La constitution dit que le mandat d’Alpha Condé se termine en 2020. En 2009, quand l’armée avait voulu confisquer le pouvoir, nous nous sommes tous levés pour faire en sorte que le pouvoir soit rendu au peuple. Nous poursuivons le même combat. Le pouvoir doit revenir au peuple conformément à la constitution. 2020, c’est un changement de mentalité ; 2020, c’est la préparation du nouveau guinéen qui va vers le développement ; 2020, c’est le refus de la médiocrité ; 2020, c’est la refondation de l’Etat. Le 6 janvier, c’est la fin des marches pacifiques. A partir de ça, il n’y aura pas de marche pacifique jusqu’à constater que les gens appliquent la loi. Levez-vous tous afin qu’on puisse changer ce pays », a-t-il poursuivi.

Et d’ajouter : « Alpha Condé vient de prononcer son dernier discours en tant que Président de la République, son dernier discours de vœu de fin d’année, il vient de le prononcer le 31 décembre 2019 », estime Sidya Touré qui déplore l’inexistence de bilan chiffré du régime en place comme ce fut le cas, dit-il, pour les présidents Sénégalais, Ivoiriens, Maliens et Nigériens.

Pour tous ces maux dénoncés plus haut, le président de l’UFR a invité ses militants à une forte mobilisation pour prendre part à la marche pacifique projetée ce lundi 6 janvier par le Front national de défense de la constitution (FNDC) et d’autres qui pourraient suivre jusqu’«au respect de la loi en Guinée».