Sidya Touré : « Le président Conté avait le sens de l’Etat »

décembre 24, 2018 4:03

Le Président de l’Union des Forces Républicaines (UFR), Sidya Touré accompagné d’une forte délégation, était à Bouramaya Lac pour prendre part au symposium du dixième anniversaire du décès du Président Général Lansana Conté. De retour de Bouramaya où il a été accueilli par le Kountigui de la Basse Côte et l’ex première dame, et juste avant de prendre son avion pour Abidjan, l’ancien Premier ministre, dans un bref entretien accordé à Guinéenews, est revenu sur les circonstances de sa nomination à l’époque, ses rapports avec le défunt Président avant de rappeler les nombreux acquis de l’homme.

Guinéenews : Monsieur Sidya Touré, vous avez été le tout Premier ministre civil sous l’ère Conté. Peut-on savoir aujourd’hui comment cette nomination est intervenue ?

Sidya Touré : Je dois d’abord dire qu’il y a eu une période de Diarra qui n’a pas duré un an. Mais disons que la Primature, onze ans après, effectivement j’en ai été le premier locataire. Et tel que cela fonctionne ou devrait fonctionner aujourd’hui, vient de l’expérience que j’ai mise en place à l’époque. Le Président Conté, après les événements de février 1996 (ndlr : mutinerie de l’armée), je crois, avait compris que la situation économique, financière et surtout militaire était extrêmement compliquée et qu’il souhaitait avoir l’avis de quelqu’un pour parler de tout cela. J’ai été invité par lui-même à cet effet, je crois le 2 mai 1996. Et il m’a expliqué que c’était tenant compte de l’expérience que j’avais effectuée en Côte d’ivoire en tant que membre du gouvernement et Directeur de cabinet du Premier ministre Ouattara à l’époque, et qui lui avait été expliqué, il souhaitait avoir mon avis là-dessus. C’est de ces discussions à partir du mois de mai jusqu’en juin que l’idée d’une Primature est arrivée et il m’a demandé de m’occuper de ce dossier.

Guinéenews : Comment votre gouvernement a été formé, est-ce qu’il vous a imposé des noms ou vous l’avez fait librement?

 Sidya Touré : Non il ne m’a rien imposé. Je dois avouer d’ailleurs que j’ai travaillé sur ce dossier sans que personne ne sache. Sur les 24 membres du gouvernement, il y a une dizaine que j’ai nommée et qu’il a découverte pratiquement la veille du premier conseil des ministres. Donc il y avait une totale confiance en ce que je faisais. Et même parmi les ministres qui sont restés au gouvernement qu’il avait souhaité garder, il m’avait donné la consigne que certains pouvaient être déplacés mais qu’il préférait que la douzaine de personnes soit encore maintenue dans le gouvernement. Ce qu’on a fait d’ailleurs pour certains.

Guinéenews : Vous aviez donc les mains libres, contrairement à d’autres hauts responsables du pays qui auraient travaillé sous influence ?

Sidya Touré : Non je ne compare cela à rien du tout. Nous avions à l’époque au départ les mains libres avant que les gens ne viennent s’en mêler pour en faire tout autre chose. Mais je dois dire que les huit premiers mois de ce gouvernement, nous avons longuement travaillé. C’est ainsi que les problèmes d’assainissement et de l’électricité ont été réglés très rapidement. Parce que le gouvernement a eu la liberté pour travailler sur ces dossiers.

Guinéenews : C’est pendant votre passage à la Primature que l’actuel chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé avait été arrêté. Nous avions appris que vous avez joué un grand rôle pour sa libération. Qu’en est-il ?

Sidya Touré : Non ça c’était vers la fin. Je suis arrivé en juillet 1996, Alpha a été arrêté à la suite de l’élection présidentielle de 1998, je me suis opposé à cette arrestation parce que je n’en comprenais pas tout à fait les raisons. Ce que le Président Conté a cherché à m’expliquer plus tard d’ailleurs. Mais toujours est-il que j’avais estimé que si un décret avait été pris pour que pendant la période du vote les frontières soient fermées, si un citoyen s’en approchait, la seule chose que vous pouvez faire, c’était de le ramener dans son domicile.

Guinéenews : Globalement dix ans après sa disparition qu’est-ce que vous retenez de Lansana Conté ?

Sidya Touré : Il ne faut quand même pas oublier que le Président Conté était un militaire, il n’avait pas beaucoup d’expérience, mais il avait quand même quelque chose d’extraordinaire, c’était le sens de l’Etat. Il ne faut pas oublier qu’en sortant du système communiste, pour mettre un Etat libéral en place, ce n’est pas tout le monde qui l’a réussi. Vous n’avez qu’à regarder les différentes expériences dans les pays de l’Est. C’est qui a emporté Gorbatchev et bien d’autres. Le Président Conté a réussi cela. Il a transformé l’économie de ce pays, il a fait en sorte que les investissements privés reviennent, il a fait en sorte que les institutions républicaines soient mises en place, la CENI, la Constitution guinéenne, une Assemblée plurielle. Il ne faut pas qu’on oublie cela. Tout ceci c’est le travail de Conté. Il ne faut pas non plus oublier la libéralisation des ondes. Il y a donc énormément d’acquis qu’on doit reconnaitre à cet homme et dont on ne parle pas beaucoup. Je crois qu’on devrait se pencher un peu plus. Ce qu’il a eu à faire pendant les 24 ans, notamment la transformation d’un système socialo-communiste à un système libéral, tout en maintenant les reines de l’Etat, ce sont des choses extrêmement importantes. Et il est bon que justice lui soit rendue.