Sidya Touré salue l’action de la Justice contre les communicants du RPG et de l’UFDG

avril 15, 2018 4:29
0

Le débat communautariste sur les réseaux sociaux ayant conduit à l’arrestation des communicants du RPG et de l’UFDG a été l’un des sujets abordés à l’Assemblée générale de l’Union des Forces Républicaines (UFR) animée par le président duit parti samedi 14 avril à Matam.

D’entrée de jeu, Sidya Touré a déploré les nombreux contentieux électoraux nés de la fraude qui a émaillée les dernières élections locales qui, dit-il, a donné lieu à beaucoup de contestations, d’amertume et même au fait que certains puissent dépasser le cadre requis.

Parlant de l’arrestation des communicants de l’UFDG et du RPG, il a rappelé que cela fait longtemps que l’UFR interpelle sur ces questions. « Ça fait longtemps que l’UFR pose le même problème en Guinée, à savoir la paix, la paix civile, la paix entre tous les Guinéens. Nous n’avons pas cessé de prôner cette paix, nous n’avons pas cessé de prôner le fait aussi que le débat que nous avons entre nous est un débat d’idée. C’est un débat politique, quelque fois des débats sur des questions économiques. Mais nous n’avons jamais mis en avant l’appartenance de telle ou telle personne à une communauté ou à un groupe ethnique. L’UFR n’a jamais fait cela. L’UFR est un parti qui porte un programme de gouvernement, qui porte un programme pour le développement social et économique pour le pays, qui porte l’espoir en beaucoup de Guinéens de voir notre pays enfin évoluer », a souligné l’ancien Premier ministre.

Sidya Touré a, à cet, félicité les communicants de l’UFR qui, dit-il, ne se sont pas laissés emporter par ce « débat nauséabond » auquel on a assisté à un moment donné entre les deux partis politiques.

Il n’a pas manqué de saluer l’action de la Justice et celle de la société civile qui ont conduit à mettre un terme à cette situation tout en déplorant l’attitude des communicants des deux partis politiques : « On doit saluer l’action du ministère de la Justice et du procureur de la république dans cette affaire qui avait commencé à polluer l’atmosphère politique. Parce qu’il est arrivé à un moment, on disait des choses extrêmement graves sur le net. Je vous invite à éviter de tels comportements. Malheureusement, les amis de l’UFDG et du RPG, parce qu’il faut les citer, ont complètement dépassé les bornes dans cette affaire. Et j’ai salué l’action du procureur de la république pour avoir interpelé dans les deux camps. Je félicite la société civile, à travers le balai citoyen, qui s’est mis en avant pour interpeler la justice ».

Le président de l’UFR entend rencontrer cette semaine les responsables de la société civile et prouver ainsi, pour reprendre ses propres termes, que ceux qui veulent nous plonger dans le débat communautaire n’y arriveront pas. « Ou on est chef de parti en Guinée ou on est chef de communauté et il n’y a pas de place pour ça », a-t-il ajouté.

Et de conclure : « Notre pays ne peut pas descendre aussi bas. Nous avons beaucoup de problèmes à résoudre. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles, nous avons demandé à revenir dans le comité de suivi. C’était notre place en tant que troisième force politique du pays. Il y avait notre place pour venir expliquer la position de l’UFR sur des questions qui nous assaillent ».