voir Plus
    samedi, 10 avril 2021
    28 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Siguiri : deux morts suspects défraient la chronique

    Deux morts suspects à quelques heures d’intervalles à Siguiri, tel est le constat fait sur place par votre quotidien électronique Guinéenews, hier 24 octobre 2019.

    Le premier cas s’est déroulé le mercredi 23 octobre 2019 dans le district de Kolenda dans la sous-préfecture de Doko situé à plus de cinquante kilomètres de la commune urbaine de Siguiri. C’est un jeune homme dont l’identité n’a pas été dévoilée qui a été poignardé par un inconnu dans un night-club.

    Selon le commandant de la police de Kolenda, Daouda condé : »nous avons été alertés sur un cas dans les environs de 01 heure du matin, et selon les explications, il est venu en compagnie de ses amis dans un night-club. Entre temps, il a pris congé pour aller prendre de l’air dehors. Mais subitement, il est revenu ensanglanté et c’est ainsi qu’ils l’ont pris pour l’amener au centre de santé le plus proche. Mais,  malheureusement selon, le médecin il est décédé cinq minutes après son admission au centre de santé. Mais nous continuons l’enquête. Pour l’instant, ces trois amis sont aux arrêts. »

    Le second cas s’est déroulé dans la commune urbaine de Siguiri secteur Manden ce jeudi 24 octobre 2019, où un jeune homme d’une  vingtaine d’années du nom de Moussa Doumbouya s’est donné la mort par pendaison.

    Seydou Magassouba chef secteur Manden 2 explique : »j’ai été alerté par des citoyens sur la présence d’un corps pendu à un arbre. Je me suis précipité sur les lieux pour comprendre, à travers les explications de son père que le défunt ne souffrait pas de dépression et n’avait émis aucun signe auparavant. Et c’est sur ce coup que moi aussi j’ai alerté les autorités. »

    Le médecin gendarme, Ablaye Bachir Condé, témoigne : »Selon nos constats, c’est une mort suspecte, mais nous ne voulons pas brouiller les pistes de l’enquête. Laissons le temps aux autorités de continuer le reste. »

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE