Siguiri : Les travaux des routes communautaires en hibernation

août 8, 2018 9:15
0

 Malgré les avancées dans l’exécution des travaux de bitumage des voiries dans la commune urbaine de Siguiri, les routes communautaires des bretelles Siguiri centre-Siguirini et Franwalia-Nabou, sont devenues pour les usagers un véritable calvaire surtout en cette période d’hivernage.

Les routes communautaires de la préfecture se trouvent dans une dégradation avancée. Elles sont faites de nids de poule causés par l’hivernage.

En outre, la route reliant la commune urbaine de Siguiri à la sous-préfecture de Siguirini, distante de 135 kilomètres, est, en dépit de son importance aujourd’hui, impraticable.

Les travaux de l’axe Siguiri-centre -Kintinian, exécutés par Henan Chine trainent. Sur les raisons de ce retard, les entrepreneurs qu’on a rencontrés sur la Base vie de Bouré Silabada, ont préféré ne pas faire de commentaires.

Cependant, une source proche du projet nous a confiés que le coût de réalisation de cette route s’élèverait à plusieurs dizaines de milliards de francs guinéens et un montant d’une valeur de 10 millions de dollars aurait été déjà versé comme avance du projet.

« Après le district de Saraya, tout le reste est difficile à pratiquer. A cause du mauvais état de la route, surtout pendant cette saison pluvieuse », déplore Lamine Doumbouya, un employé de la société minière de Dinguiraye (SMD)

C’est la même réalité pour la route communautaire reliant les sous-préfectures de Franwalia  à Naboun, longue de 42 kilomètres. Ce projet est à l’abandon de même que le pont de 30 mètres linéaires qu’il comporte.

Pour les citoyens de Naboun, c’est l’espoir qui se transforme en désespoir.

« Les travaux évoluent en dents de scie et il y’a des ouvriers qu’ils ont engagés d’ici. Mais actuellement, ces ouvriers réclament sans succès leurs salaires à l’entreprise. Si rien n’est fait, notre joie d’antan risque de se transformer en malheur. Ce pont s’il est achevé, peut être un ouf de soulagement », estime Laye Dansoko, un habitant de Naboun.

D’après notre constat sur les lieux, les travaux de ce pont sont interrompus alors qu’il est vital dans la préfecture. Il est un trait d’union entre la sous-préfecture de Naboun, un des greniers de la contrée, et la commune urbaine de Siguiri. Aux dires de l’entreprise en charge des travaux, cet arrêt est dû à la forte pluviométrie qui s’abat actuellement dans la localité.

« C’est à cause des pluies que nous avons arrêté les travaux. Car, nous recherchons la qualité. Et nous voulons les reprendre dès après les grandes pluies », a confié Lamine Traoré, un des entrepreneurs de l’entreprise CES.

Pourtant, les travaux de cette route de Naboun ont été lancés en décembre 2017 par l’ex-ministre des Travaux Publics, Oumou Camara pour une durée de 6 mois.