Soguipah: Plusieurs personnes déférées devant la justice de paix de Yomou pour vol de carburant

0
641

Plusieurs interpellations ont eu lieu récemment dans les rangs des employés de la  société guinéenne de palmier à huile et hévéa (Soguipah), suite à la disparition de près de 5000 litres de carburants. Les suspects au nombre de 4 pour le moment ont été déférés devant la justice de paix de Yomou, où ils attendent leur procès,  a-t-on appris sur place.

Actuellement les informations qui circulent dans la cité industrielle portent  sur le  vol d’une importante quantité de  carburants dont  la Soguipah aurait été victime.

Selon une source proche du dossier, c’est depuis le 24 décembre 2019 que  ce cas de vol aurait été constaté.

Sur  une commande de 40.000 litres,   la disparition de  plus de 4.200 litres avait  été déclarée par l’équipe qui s’occupe de la station de l’entreprise. Plus tard c’est dans ce mois de janvier que la direction générale aurait pris l’affaire au sérieux, en procédant à l’interpellation  de  4 personnes, dont le  responsable de la station, un agent  de contrôle  gestion  et deux agents de sécurité.

Tous ont été mis  à la disposition de la justice  pour des faits d’enquête.

D’après ce qu’on apprend au sein de la boîte, ces 4 personnes seraient  accusées de complicité pour  la disparition de 4200 litres  de gasoil.

Le juge de paix  de Yomou, M. Sory  Keita que nous avons joint au téléphone confirme l’interpellation de ces 4 personnes. Tout en ajoutant que  pour le moment les enquêtes seraient en cours pour situer les responsabilités.

Retenons que depuis le mois de septembre dernier, la direction de la société a ouvert la chasse aux contrebandiers.

 Plusieurs  personnes ont ainsi été jugées et condamnées pour ‘’vol des biens’’ de la Soguipah, notamment les productions, les régimes de palme et autres…

Les regards sont donc tournés vers la justice de paix de Yomou, afin que les auteurs de ce vol de carburant soient châtiés à la mesure de leur forfaiture.

A noter que le nouveau directeur se montre plus ferme face à des cas de vols et de détournement, contrairement à sa prédécesseuse, Mariama Camara. Qui était taxée de laxiste.

Même si les détracteurs de Bémy pensent que les finances de la Soguipah ne seraient toujours pas bien tenues, malgré tout le boucan qui a suivi sa nomination à la tête de l’entreprise.