Sortie médiatique de Bouréma Condé: la réplique de Cellou Dalein

0
280
Dans une déclaration qu’il a lue sur les antennes de la RTG le mardi 8 octobre 2019, le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Bouréma Condé, a mis en garde les fauteurs de troubles. Cette sortie du ministre Condé fait suite à l’annonce du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) de manifester le 14 octobre prochain.
Selon Macka N’denda, attaché de presse de Cellou Dalein Diallo, le chef de file de l’opposition guinéenne a rencontré ce mercredi Mamadou Sylla, président de l’Union démocratique de Guinée (UDG).
Dans une vidéo publiée par son attaché de presse, Cellou Dalein a répliqué aux propos du ministre de l’Administration, accusant les organisateurs de la manifestation du 14 octobre de vouloir troubler l’ordre public en brimant les citoyens.

«Ils veulent dire que c’est l’opposition et le FNDC qui sont responsables, mais qui a refusé de mettre en place les chefs de quartiers et conseils régionaux alors que la loi le prescrit de manière claire et limpide ? Qui a refusé de mettre en place la Haute Cour de justice ? Qui a refusé à ce que la CENI élabore un chronogramme réaliste et respectueux des délais opérationnels ? Qui a brimé les citoyens en refusant d’appliquer la loi ? » a-t-il questionné.

Plus loin, le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) fait savoir que le pouvoir pourrait faire adopter l’actuelle Constitution par référendum et remettre le compteur des mandats à zéro afin de permettre à Alpha Condé de s’offrir un premier mandat d’une nouvelle République :  « Ils ont décidé de violer la constitution en s’octroyant un 3ème mandat, en adoptant une nouvelle constitution. Quel est le motif pertinent qu’ils vous donnent ? Qu’est-ce qu’on reproche à la constitution ? Il n’y a rien sauf qu’elle ne permet pas un 3ème mandat. La parade qu’ils ont trouvée c’est que même si on maintient l’actuelle constitution, dès lors qu’elle sera adoptée, on sera dans une nouvelle République, les compteurs seront à zéro et on ne sera plus liés aux deux premiers mandats exercés par Alpha Condé. C’est ridicule. Tout le monde. Donc il n’y a pas de motif. Il faut qu’on arrête cette mascarade en cours à l’occasion des prétendues élections législatives le 28 décembre. Il faut qu’on arrête ce processus qui vise à octroyer à M. Alpha Condé un 3ème mandat. »