Station de pompage d’eau de Kobaya : le constat peu reluisant de Cheick Taliby Sylla

0
1543

Le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique s’est rendu à la station de pompage de Kobaya. Entouré des cadres de son département, le Dr Cheick Taliby Sylla, au cours de cette visite inopinée, a voulu en savoir sur le fonctionnement de cette installation d’une extrême importance dans la fourniture d’eau potable à la population de Conakry. Mais également, s’enquérir des problèmes qui sont là, afin de savoir pourquoi les défaillances dans la desserte en eau dans la ville de Conakry.

A l’origine, le site de Kobaya, aux dires du ministre, comptait 12 forages, pour une production de 8000 mètres cubes d’eau. « Je ne sais pas maintenant la situation actuelle, mais au moment où on le faisait avec toutes les réhabilitations qui sont arrivées, elle doit pouvoir produire les 8000 mètres cubes d’eau en 20 ou 22 heures de pompage », a tout d’abord indiqué Cheick Taliby Sylla.

Sur son constat, le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique révèle que certaines ventouses ne fonctionnent pas, des conduites dénudées et surtout la station arrêtée au moment où le besoin en termes de fourniture d’eau se pose avec acuité dans la cité.

Alors, qu’est-ce qui a motivé cela? Dr Sylla demande à ce que la question soit plutôt renvoyée au directeur général de la Société des Eaux de Guinée (SEG). « Nous poserons la question à la Direction générale de la SEG pour pouvoir répondre à la population de Conakry pourquoi cette station-là ne fonctionne pas, étant donné qu’elle a été faite pour pouvoir alimenter la zone basse de Lambanyi et le réservoir de Simbaya qui couvrait tous ces quartiers qui sont en hauteur, avec l’apport de l’eau venant des grandes chutes, plus les 8000 mètres cubes  qui partaient d’ici, remplir le réservoir afin de desservir les hauteurs », se questionne le ministre Sylla.

« Et là, il y a eu un raccordement qui a été fait pour desservir la zone basse de Lambanyi. Voilà comment cette station a été en son temps conçue et mise en exploitation. Aujourd’hui, ce que nous voyons, les groupes ne fonctionnent pas, étant donné qu’il y a des groupes. Et si les groupes ne fonctionnent pas, c’est qu’il n’y a pas de carburant. Comme je l’ai dit tantôt, cette question sera posée au directeur général qui, certainement, va nous répondre, mais pas par médias interposés. Parce qu’il faut qu’il y ait un document qui puisse argumenter tout ça afin que la population de Conakry puisse sortir du calvaire dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui: ça grogne partout », a-t-il poursuivi avant d’annoncer que son ministère prendra toutes les dispositions pour pouvoir aider à trouver la meilleure solution qu’il faut en vue d’alimenter la population de Conakry en eau potable.

Autre constat dressé par Cheick Taliby Sylla, c’est l’érection – sur le périmètre de ladite station de pompage – des bâtisses appartenant à de tierces personnes. Une situation qui sollicite l’explication de la part du directeur général de la Seg, puisque sous le régime du CNDD, il y a eu un décret affectant cette zone au ministère des Ressources naturelles d’alors.

« Je ne peux donc pas comprendre que des citoyens viennent s’installer dans le champ captant de cette station de pompage d’eau potable pour la ville de Conakry. Penser à soi-même et oublier l’intérêt des populations, c’est vraiment difficile. On fera jouer la loi pour pouvoir récupérer ce qui appartient à l’Etat », a-t-il promis.

Sur le champ, nous avons tenté sans succès d’avoir la réaction de Mamadou Diouldé Diallo, le directeur général de la SEG. Peut-être parce que le ministre Cheick Taliby Sylla lui a intimé de refuser de réagir par médias interposés sinon que par la production d’éléments techniquement justificatifs.