Syligate : le rapport d’audit sur la CAN sera-t-il déposé au Premier ministre Kassory ce mercredi ?

0
688

Le rapport d’audit vivement réclamé par le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana sur la gestion des fonds alloués à la prise en charge du Syli lors de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), est initialement attendu ce 31 juillet à la Primature.  Sauf que depuis l’annonce de cette décision, le ministère de l’Economie et des Finances qui est chargé de produire ledit rapport, ne semble apparemment pas bougé dans ce sens.

Selon le Conseiller chargé d’Ethique de la Primature, Fodé Oumar Touré, le Premier ministre a fermement instruit le ministre des Finances Mamadi Camara de tout faire pour incessamment rendre publiques les conclusions du rapport sur la gestion financière de la participation du Syli national à la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN) qui vient de se dérouler en Egypte.

Un flou total au ministère des Finances

D’après plusieurs sources que nous avons jointes aux ministères des Finances, personne ne sait qui gère ce dossier d’audit. Le ministre des Finances qui est en déplacement, avait deux semaines pour rendre ledit rapport.

Après décompte, les deux semaines sont déjà expirées. Jusqu’au moment où nous mettons en ligne cette dépêche, le fameux rapport n’était pas encore déposé à la Primature.

« Baïdy doit s’expliquer »

Nonobstant tous les bruits qui courent sur la responsabilité du ministre des Sports, le chef du département Bantama Sow se dit très serein. Pour le ministre Sow, après un événement aussi important comme la CAN, il est normal que le peuple soit informé.

Devant cet énormissime embrouillamini qui s’est tissé autour de cette nébuleuse gestion de la CAN, Bantama Sow a récemment exigé (à la faveur de réunion de crise avec la Féguifoot) à ce que Baïdy Aribot, le président du comité interministériel rend compte de leurs activités, avant, pendant et après la CAN.

Pour Bantama Sow, c’est Baïdy qui a travaillé, surtout sur le budget.

Pour l’instant, un flou absolu persiste sur l’utilisation des fonds colossaux qui ont été alloués aux prises en charge du Syli, de son encadrement technique, des supporteurs, des préparatifs jusqu’à la CAN.

Des fonds qui, selon nos informations, se chiffreraient entre 70 et 80 milliards de francs guinéens. Impossible pour le moment de vérifier cette information.

La complexité de cette gestion réside dans la nature de l’exécution dudit budget. C’est une régie d’avance auxquelles obéissent ces types d’opérations financières et qui permettent à l’agent comptable de payer les dépenses et justifier après.

 Dossier à suivre.