Télécoms : Après avoir gagné son procès contre la Guinée, une compagnie décroche un nouveau contrat.

0
892

Dans le cadre de la révitalisation du secteur numérique, l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunications (ARPT) de la République de Guinée a signé un contrat avec la société Global Voice Group (GVG) pour le déploiement d’une plateforme pour la régulation de l’écosystème mobile et numérique en Guinée.

Tel est le contenu d’un communiqué de la dite compagnie qui avait déjà travaillé en Guinée qui annonce la signature du contrat avec le Directeur de l’ARPT, M. Yacouba Cissé.

Selon le communiqué, les travaux d’installation de la plateforme numérique débuteront le 1er juin prochain et consistent à numériser « les outils de régulation du pays, englobant des aspects majeurs tels que la gestion réglementaire des identités mobiles et numériques, de l’interconnectivité, des services data et de l’argent mobile.»

« Global Voice assumera le déploiement de la plateforme ainsi que les opérations techniques liées à celle-ci pour une période de cinq ans, au terme de laquelle la société en transférera la propriété à l’ARPT.» poursuit le communiqué

L’ARPT sous traite ainsi le «monitoring»  du trafic téléphonique, la vérification des transactions électroniques et bancaires et a aussi entamé une campagne d’identification des puces téléphoniques dans un pays ou l’explosion des communication Internet et mobile prend place comme dans le reste du monde. Ne trouvant pas les capacités techniques parmi les entreprises locales, l’ARPT se voit obligé – encore une fois – de faire appel à des compétences étrangères. Une mesure que certains observateurs trouvent regrettable puisque les logiciels et les ressources humaines se trouvent facilement sur le marché international.

Aucune indication sur le montant de la transaction et les modalités techniques et financières ou si l’appel d’offre a respecté les normes de transparence en ces moments de « gouverner autrement» promus par le président de la République.

Curieusement Global Voice a dans le passé pas lointain initié et gagné un procès contre le gouverenent guinéen pour « rupture abusive de contrat ». En effet, le Tribunal International du Commerce avait ordonné à la Guinée de payer à Global Voice 20 millions de dollars en aouût 2020.  Interrogé par Guinéenews, la direction de l’ARPT assure avoir hérité d’un « mauvais contrat » signé sous le ministre précédent et qu’après avoir fait appel, de la condamnation, la compagnie GVG et l’ARPT sont arrivés à un « arrangement à l’amiable » comme cela est fréquent dans les disputes commerciales. Toutefois, les détails du nouveau contrat ne sont pas publiés encore et le montant ne saurait être déterminé puisqu’il s’agit d’un partage de revenus. GVG facture et prend sa part avant de verser le reliquat à la Caisse Unique du Trésor Public guinéen.

La présente compagnie ghanaènne Subah Technologie qui affirme avoir fait économier à  la Guinée 7,7 millions de dollars de la fraude sur les sim box n’a pas vu son contrat qui a expiré en décembre 2020, renouvélé et doit rendre clés et équipements au nouvel opérateur.

Pour plusieurs observateurs, la Guinée ne tire pas entièrement profit de la digitalisation économique qui s’installe dans le monde et il serait opportun pour le gouvernement d’encourager les «start up» nationales pour reprendre le flambeau aux compagnies étrangères et developper des compétences locales.