Tension à l’université de Kindia : les étudiants chargent le Recteur, son premier Vice apaise

0
560

Rien ne va plus à l’université de Kankan. Dans cette institution d’enseignement supérieur, les étudiants se sont fortement mobilisés à nouveau ce mardi 16 juillet devant le rectorat et en érigeant des barricades sur la route nationale numéro 1 pour protester contre leur recteur.   Ces étudiants qui viennent de terminer leur cycle universitaire, refusent la signature du recteur Jacques Kourouma sur leurs diplômes. En outre, ils exigent du Rectorat l’organisation d’une cérémonie officielle de remise de diplômes dans un bref délai. Dans cette université, la tension est très tendue entre ces étudiants et le Recteur Jacques Kourouma dont ils contestent l’authenticité de son doctorat.

« Nous voulons que nos diplômes soient signés par un docteur ou professeur mais pas Jacques Kourouma qui n’a pas son doctorat. Il a fait juste l’usurpation du titre doctorat. Nous avons été informés que certains étudiants diplômés dans cette université se sont vus refouler dans les services à cause de la signature du recteur Jacques qui a menti sur son doctorat. Cette situation nous préoccupe très sincèrement et nous voulons voir sa signature sur nos diplômes », a expliqué Abdoulaye Diallo, étudiant en licence 3 Sociologie.

Cette manifestation intervient quelques jours seulement après le report de la remise officielle des diplômes par les autorités de ladite université.

Très préoccupé, le Vice-recteur chargé des études a tenté de désamorcer la situation déjà vive entre les étudiants et le Recteur.

« Nous organiserons une cérémonie officielle de remise des diplômes comme vous le souhaitez mais, pour le moment, Docteur Jacques Kourouma est le seul responsable de cette université et c’est lui qui signera vos diplômes. Mais par rapport à son titre de doctorat, je ne saurais rien vous dire là-dessus toutefois, je puis vous rassurer que vos diplômes ne seront pas remis en catimini », s’est engagé Pr. Mamadou Samba Barry, Vice-recteur chargé des études.

Depuis le début de ces remous sur la cité universitaire de Kindia, le principal mis en cause, Docteur Jacques Kourouma, n’a jamais voulu encore s’exprimer ni publiquement ni à la presse pour lever le doute qui plane sur son titre de doctorat.