Réouverture des frontières : ce qu’en disent les services compétents

0
1001

Ce mercredi 15 juillet marque la fin de la mesure de fermeture d’une durée d’un mois des frontières, récemment votée par le parlement, dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie du coronavirus. Face aux spéculations qui vont bon train quant à la réouverture ou non des frontières, dont la décision très attendue pourrait tomber ce soir, Guinéenews a tenté d’en savoir plus auprès des services concernés.

Tout porte à croire que le bruit qui court au sujet d’une éventuelle réouverture des frontières guinéennes, fermées depuis plusieurs mois pour cause de la COVID-19, n’est pas fortuit. Selon nos informations, les services compétents y ont travaillé. Et une décision des hautes autorités à la faveur de la réouverture des frontières ne les surprendrait pas.

Au ministère des Transports, le responsable de la communication, informe au téléphone de Guineenews que « …l’aviation civile a fait une proposition au ministre des Transports pour transmission au gouvernement qui doit se décider par rapport à l’approbation ou non de ce protocole de réouverture des frontières. »

Une proposition qui fait suite à « des instructions que le chef de l’Etat a données au ministre des Transports par rapport à la proposition d’un protocole ou un calendrier pour la réouverture des frontières », confie Bangaly Kéïta. Même si par précaution, à propos de la réouverture des frontières notamment aériennes, auparavant, dans la même conversation téléphonique, M. Kéïta déclare ne pas être en mesure « d’infirmer ni de confirmer ces informations ou ces informations supposées ».

Mêmes précautions à l’agence nationale de la sécurité sanitaire (ANSS) où Dr Condé, rappelle « qu’aujourd’hui, c’est le 15 juillet ». Et que « la décision viendra du chef de l’Etat d’ouvrir ou non. »

La mise au point faite, le point focal surveillance de l’ANSS à l’aéroport de Conakry rassure : « sur le plan technique, nous avons envisagé des éventualités en fonction de la décision qu’il prendra. » Et d’indiquer : «… s’il (le président de la République ndlr) opte pour l’ouverture, nous aussi on va rendre public les dispositions que nous avons prises pour la gestion de la situation.»

Une version qui, non seulement, corrobore celle du secteur des transports mais aussi et surtout, fait rare avec les gouvernants, donne l’impression d’une action coordonnée et réfléchie en cours.