Tibou sur l’audit du fichier : « à travers les conclusions de la Cedeao, le caractère transparent des élections apparaît clairement »

0
486

Une équipe d’experts de la CEDEAO, venue en Guinée à la demande de l’opposition guinéenne, a bouclé mercredi 23 septembre sa mission d’audit du fichier électoral par une conférence de presse au cours de laquelle elle a rendu publiques les conclusions de ses travaux. A la faveur de cette sortie médiatique, le Commissaire aux Affaires Politiques, Paix et Sécurité de la CEDEAO, général Francis Béhanzin a déclaré que ‘’ le fichier électoral guinéen, débarrassé de toutes les anomalies rencontrées au regard du code électoral, est de qualité suffisante pour les prochaines élections.’’

Cette conclusion des experts de la CEDEAO est aujourd’hui diversement appréciée par les acteurs concernés. Si l’opposition le conteste, ce rapport final est, en revanche, favorablement bien accueilli par le parti au pouvoir le RPG Arc-en-ciel et ses alliés qui estiment qu’il (le rapport, ndlr) vient établir la ‘’fiabilité’’ du fichier électoral, et dénote la volonté du chef de l’Etat d’organiser des élections démocratiques, transparentes dont les résultats seront crédibles, acceptées et acceptables par tous. C’est du moins le constat fait par le ministre d’Etat, ministre de l’Industrie Tibou Kamara, par ailleurs président de la Commission communication du directoire de campagne et porte-parole du candidat Alpha Condé, dans une interview accordée hier jeudi à Conakry à la presse étrangère dont France24. Lisez !

La CEDEAO a rendu public son rapport sur le fichier électoral. En tant que parti au pouvoir quelle est votre position ?

Tibou Kamara : nous nous réjouissons des conclusions de la mission technique de la CEDEAO. Parce que ces conclusions permettent d’établir, d’une part, la fiabilité du fichier électoral, ce qui est un gage de transparence des élections à venir et d’autre part, elles témoignent également de la volonté politique du chef de l’État, le professeur Alpha Condé, d’organiser des élections démocratiques, transparentes dont les résultats seront crédibles, acceptées et acceptables par tous.

Mais l’opposition ne partage pas cet avis… ? 

Tibou Kamara : c’est à la demande de l’opposition que la communauté internationale a été impliquée dans le processus électoral et en particulier que l’arbitrage de la CEDEAO sur le fichier électoral, a été sollicité. Je pense que c’est là une marque de confiance de l’opposition en cette institution, et elle ne devrait pas désapprouver le rapport de la CEDEAO simplement parce qu’il ne correspondrait pas à ses attentes.

En ce qui nous concerne, nous estimons que les recommandations faites pour améliorer le fichier électoral pour le rendre plus fiable, ont été effectivement prises en compte. Ce qui a permis d’aboutir à cette conclusion heureuse qui permet de croire à la transparence des élections du 18 octobre prochain, et par conséquent à la sincérité des résultats qui en seront issus.

Ne pensez- vous pas que cette réaction de l’opposition sonne comme les prémices d’une contestation, avec des risques de violences à l’approche du scrutin ?

Tibou Kamara : je dois dire que le souci du président Alpha Condé correspond à son parcours personnel et à son histoire politique depuis qu’il est à la tête du pays, celui d’organiser des élections transparentes, démocratiques et inclusives.

Á travers les conclusions de la mission de la CEDEAO, le caractère transparent des élections apparaît clairement, et à travers la décision du principal parti d’opposition de participer au scrutin, en plus de cette transparence qui fait que celui-ci croit fermement en ses chances, le côté inclusif des élections est également une réalité.

Je ne vois des raisons de contester nulle part. Je vois plutôt des raisons de s’attendre, aussi bien sur le plan de la transparence que sur celui de la participation, à des élections où les conditions d’une concurrence loyale seront réunies, ce qui augure d’un processus transparent et régulier, avec au bout des résultats fiables et incontestables. Donc, il y a plus d’espoir de paix que de menaces d’une crise.

Propos transcrits par la cellule de communication du candidat Alpha Condé