Timbi Madina/Pita : Une affaire de drogue impliquant un militaire a failli tourner au drame

0
450

Les faits se sont produits dans la nuit du mercredi à ce jeudi 12 novembre 2020 aux environs d’une heure du matin. Des jeunes de la sous-préfecture de Timbi Madina ont mis main sur deux jeunes en possession d’un sac rempli de chanvre indien. En minorité face aux jeunes, les présumés trafiquants auraient appelé à l’aide un militaire du BATA déployé à Timbi Madina dans la sécurisation de la chambre froide destinée à la conservation de la pomme de terre.

Armé, ce dernier à procéder à des tirs de sommation pour tenter de dissuader  les jeunes qui malheureusement ont fini par arracher son arme, a-t-on appris de sources concordantes.

Sous le couvert de l’anonymat pour une question de sécurité, un citoyen de la localité tente de retracer ici la scène à Guinéenews : « ce matin aux environs de deux heures du matin, on a réussi à mettre main sur des jeunes qui détenaient un sac rempli de chanvre indien. Les jeunes ont aussitôt demandé à être libérés parce que, disent-ils, la drogue est pour un béret rouge.

Comme on a dit qu’on ne peut pas les libérer, ils ont appelé un gérant de maquis en service ici à Timbi Madina. Ce dernier est venu avec un béret rouge du BATA déployé à Timbi.

Ainsi, le gérant du maquis nous a sommés de lui rendre sa marchandise ; mais on est resté sur notre position. Il a parlé au béret rouge en Soussou et ce dernier a tiré entre les pieds d’un de nos amis qui lui a demandé d’augmenter un autre tir car personne ne va fuir », entame-t-il.

C’est ainsi que tous les jeunes se seraient mobilisés pour réclamer le fusil poursuit notre interlocuteur. « C’est dans ça qu’on a récupéré le fusil ; ensuite on a pris contact avec le maire de Timbi Madina qui à son tour a appelé le préfet et le commandant du BATA basé à Pita. Ainsi, le commandant nous a demandés de rendre le fusil au militaire afin qu’il regagne son poste. Il a promis de venir ce jeudi en personne chercher le béret rouge, le gérant du maquis et les jeunes appréhendés avec la drogue pour envoyé à Pita », ajoute-t-il.

Joint au téléphone, Diao Goumba Diallo, le maire de Timbi Madina, a confirmé les faits hors micro. Il avait promis de nous revenir après l’arrivée de la mission de Pita.

C’est ainsi cet après-midi,  la délégation a été reçue à Timbi Madina et est finalement rentrée avec le béret rouge, les jeunes qui détenaient la drogue et le gérant du maquis.

Il faut signaler que Timbi n’a plus de gendarmerie. Ce, depuis les violents événements enregistrés au lendemain de la présidentielle du 18 octobre dernier.

A suivre !