Timide reprise des cours: le ministre Sangaré menace les fauteurs de troubles et invite les élèves à reprendre le chemin de l’école

octobre 8, 2018 8:01
0

Dans sa déclaration ce lundi 8 octobre, deuxième semaine de la rentrée scolaire, le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Mory Sangaré a annoncé que dans l’ensemble des établissements scolaires de notre pays, des enseignants et des enseignantes ont, pour la plupart, été au rendez-vous de leur devoir. Tandis que, a-t-il déploré,  peu d’élèves se sont présentés.

Cependant, le ministre Sangaré a fait remarquer qu’au vu des résultats des examens nationaux session 2018, que les meilleurs taux de réussite ont été observés dans les zones les moins perturbées.

Dans la même logique, Mory Sangaré a dénoncé que des personnes utilisant le label d’association de parents d’élèves, s’évertuent à travers les médias à pousser élèves et enseignants à ne pas aller à l’école et à l’entretien d’un climat de tension entre le monde enseignant et le pouvoir public.

«Le gouvernement rassure que les dispositions idoines sont prises pour sanctionner sévèrement tous les fauteurs de troubles qui viseraient à entraver le bon fonctionnement des cours dans les écoles», a-t-il rassuré.

Pour rappel, Mory Sangaré a affirmé que le gouvernement a été attentif aux revendications syndicales depuis 2015. «Dans cette optique, rien qu’au cours de l’année budgétaire 2018, il (le gouvernement, NDLR) a procédé à une augmentation de 40% sur le salaire indiciaire de chaque fonctionnaire et à une bonification exceptionnelle du point d’indice du personnel enseignant par rapport aux autres fonctionnaires. En plus, les enseignants admis au deuxième certificat pour la hiérarchie A et au CAP pour la hiérarchie B, ont été intégrés et pris en charge financièrement», a-t-il expliqué.

C’est pourquoi, M. Sangaré invite tous les parents d’élèves, à mettre les enfants sur le chemin de l’école. Quant aux enseignants, il leur a demandé «instamment de privilégier l’avenir de la Guinée sur les intérêts personnels…»