Tollé autour de la nouvelle constitution : un opposant se dit conforté par le verdict de la Cour Constitutionnelle

0
387

L’arrêt de la Cour Constitutionnelle validant la version modifiée de « la nouvelle constitution » guinéenne n’en finit pas de susciter des réactions. Mais parmi ces réactions, il y en une qui mérite qu’on s’y attarde, puisqu’elle émane  d’un opposant, qui est de surcroit homme de droit.

Me. Amadou Diallo, proche de Cellou Dalein Diallo, dont il s’agit, dans un message électronique parvenu à Guineenews, se dit conforté par le verdict de la Cour Constitutionnelle. « Politiquement cette décision de la Cour Constitutionnelle nous conforte dans notre lutte contre le changement anticonstitutionnel pour se maintenir au pouvoir ».  « Car, explique-t-il, si la Cour Constitutionnelle avait ordonné la promulgation du projet de Constitution publié en janvier dernier conformément à l’article 8 de l’ordonnance sur le référendum, cela aurait donné satisfaction au barreau de Guinée et,  en même temps, un petit crédit à la nouvelle Constitution. »

Poursuivant, l’avocat et ancien député de l’Ufdg indique que « cette fuite en avant du pouvoir dans l’illégalité est certes inquiétante mais elle devrait nous galvaniser dans notre lutte pour le retour à un ordre constitutionnel normal. » Surtout que, selon l’homme de droit, parlant des différentes versions de la constitution qui font toujours débat, « sur la base de l’article 8 de l’ordonnance sur le référendum nous pouvons dire ceci : on soumet au peuple réduit aux militants du Rpg un texte A ou projet de Constitution, après le référendum on publie un texte B qu’on appelle nouvelle Constitution. »

Puis, l’opposant de conclure plus loin que « la ligne rouge est franchie en matière de violation du droit et de mépris à notre intelligence nationale. »

Et coïncidence ou pas, dans la foulée, c’est le front national pour la défense de la constitution (FNDC) qui annonce la reprise de ses manifestations jusque-là suspendues pour cause de COVID-19, à  travers ‘’une marche pour la liberté et l’alternance démocratique prévue pour le huit (8) juillet prochain.’’