Tolobengou – Gueckedou : les usagers de ce tronçon vivent l’enfer, le ministre Naité rassure !

0
546

Les passagers en provenance soit de N’Zérékoré ou soit de Conakry, restent bloqués à 250 mètres du centre d’infanterie de Gueckédou, à Tolobengou, a appris la rédaction locale de Guineenews©.

Depuis le 31 juillet dernier, ils vivent l’enfer dans ce tronçon de 2 kilomètres et demi. Joint au téléphone par notre rédaction, Bernadette Haba explique : « depuis mercredi 10h, nous sommes arrivés au bord d’un camion chargé de banane en provenance de N’Zérékoré. Et depuis ce jour, nous sommes là, on n’a pas bougé. Toutes mes bananes sont pourries dans le camion. Je n’ai plus rien comme espoir car c’est à travers ce commerce que j’arriverai à nourrir et à soutenir la scolarité de mes enfants. Mon mari est décédé il y a 7ans de cela. Aujourd’hui, l’État s’en fout de ce qui ce passe ici à Tolobengou. Sinon, c’est incompréhensible que près d’une semaine qu’aucune action ne soit envisagée pour débloquer la situation ici ».

Mamadou Lamine Diallo, un chauffeur de camion remorque bloqué déclare à Guineenews© que cette situatoon, « c’est du jamais vu ».

« Il y a 19 ans je suis sur cette route de la forêt, mais ce que j’ai vu ici depuis mardi passé jusqu’à maintenant, c’est du jamais vu. Les véhicules qui sont là en provenance ou en partance de la forêt dépassent les 500. A cela s’ajoute des fortes pluies qui s’abattent sur nous ici. Aujourd’hui, on se demande s’il y a un préfet à Gueckedou? Car si vous voyez la situation des femmes et des enfants ici, vous allez pleurer », raconte-t-il au bout du fil.

Interrogé, le ministre des travaux publics  rassure : « Nous sommes au courant de la situation au Pk 35. Les bourbiers se sont formés et nos équipes sont sur le terrain depuis trois jours. Mais à cause de l’indiscipline des usagers, nos équipes ont du mal à intervenir vite. Car les usagers forment par moment 3 à 4 lignes au lieu d’une et cela empêche nos équipes d’atteindre les bourbiers rapidement. Vous savez, pour dégager un bourbier, ils nous faut au moins deux heures, mais à cause de l’indiscipline des usagers, nous faisons 4h ou plus pour arriver aux bourbiers. C’est pour cette raison, le préfet de Gueckedou et le gouverneur de la région de N’Zerekore sont saisies et du coup, une équipe de renfort de la gendarmerie est sur les lieux pour normaliser la circulation afin de permettre à nos équipes de vite travailler avec la société qui a eu le contrat. C’est à cause de la forte pluviométrie que les travaux n’ont pas commencé sinon, tout le matériel et les équipements de la société sont sur place. 
En plus, on comprend l’impatience des usagers et on s’excuse de ce désagrément mais tout est mis en œuvre pour rendre le plus tôt que possible la circulation fluide de ce côté. »

Face à cette situation, désormais les véhicules qui quittent Macenta ou N’Zerekore, préfèrent passer par Kankan pour se rendre à Conakry.

Mais, le plus difficile reste à venir si rien n’est fait. Les marchés de Gueckedou, Macenta et N’Zerekore pourraient manquer des denrées de première nécessité (le sucre et la farine)  si des dispositions urgentes ne sont pas prises.

L’année dernière au mois de septembre 2018, la région forestière était aussi coupée du reste du pays et cela avait occasionné la flambée des prix de certaines marchandises.