voir Plus
    samedi, 17 avril 2021
    26 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Tortures dans les prisons en Guinée : un Rapport des Etats-Unis met en cause des agents de sécurité 

    Dans un rapport publié le 30 mars 2021, le Bureau américain de la démocratie, des droits de l’Homme et du travail, accuse des officiers de police judiciaire de tortures sur des détenus afin d’extorquer des aveux.

    La nouvelle Constitution,  bien décriée pour une bonne partie de Guinéens, interdit la pratique de la torture. Mais, selon le Rapport américain,  les représentants du gouvernement ont bien usé de cette pratique pour obtenir des aveux : « Bien que la constitution et la loi interdisent la torture et les autres peines cruelles, inhumaines ou dégradantes, les observateurs des droits de l’homme ont signalé que les représentants du gouvernement continuaient à recourir à ces pratiques en toute impunité. Les mauvais traitements infligés aux détenus dans les centres de détention du gouvernement se sont poursuivis. Des agents de sécurité désignés comme  » officiers de police judiciaire  » ont abusé des détenus pour leur extorquer des aveux. »

    Si ces abus sont devenus recurrents dans les prisons, c’est lors des arrestations qu’ils sont plus flagrants, selon des organisations de défense des droits l’Homme citées dans le Rapport et des femmes auraientétéobligéesd’avoirdes relationssexuelles avec les gardiens des prisons pour éviter la maltraitance  : « Les militants des droits de l’homme ont noté que les abus les plus flagrants se produisaient lors des arrestations ou dans les centres de détention. Les associations de défense des droits de l’homme ont déclaré que les plaignants présentaient souvent des preuves d’abus, et que les gardiens n’enquêtaient pas sur ces plaintes. Ces ONG ont également affirmé que les gardiens maltraitaient les détenus, y compris les enfants, et contraignaient certaines femmes à échanger des relations sexuelles contre un meilleur traitement. »

    Lire l’intégralité du rapport en cliquant ici

    À LIRE AUSSI

    PUBLIREPORTAGE