Tougué : les enseignants « privés » des primes d’incitation crient à l’injustice

0
371

En lieu et place de la revendication du Slecg qui réclamait 8 millions de francs comme salaire de base à tous les enseignants guinéens en janvier dernier, le gouvernement a décidé verser aux enseignants en situation de classe une prime d’incitation.

Seulement voilà 5 mois que cette prime d’incitation est versée à certains enseignants en situation de classe. Par contre d’autres, bien qu’étant dans la même situation, n’ont pu encore percevoir le moindre centime.

Cette situation est très mal perçue dans le rang de ces enseignants « oubliés » qui ne cachent plus leur déception vis-à-vis des autorités éducatives.

C’est le cas de cet enseignant qui a exprimé à Guinéenews son découragement par rapport à ce traitement ‘’injuste’’ dont ils estiment être l’objet. « C’est vraiment décourageant ! Depuis 5 mois mes collègues perçoivent cette prime d’incitation. Moi, je suis non seulement chargé de la classe de 6ème et mais je suis le Directeur de mon établissement. Avec cette reprise des cours pour les classes d’examen, je suis en classe mais franchement parlant, je n’ai pas le moral au beau fixe », a-t-il confié.

Poursuivant, notre interlocuteur anonyme lance un appel aux autorités de l’Education : « nous sollicitons vraiment que notre situation soit revue par les autorités de l’éducation pour que cette injustice soit vite corrigée et qu’on nous rétablisse dans nos droits comme tous nos collègues et surtout nous payer nos arriérés de primes. »

Selon des informations recueillies auprès des enseignants et de certains encadreurs de l’Education, plusieurs anomalies sont rencontrées dans le paiement de ces primes. Ce sont, des enseignants en situation de classe qui ne perçoivent pas la prime ou des enseignants qui, au moment du recensement servant de base au paiement des primes, étaient dans une zone urbaine mais qui se retrouvent actuellement dans une zone rurale où prennent 750 mille au lieu d’un million 300 cent mille. Comme le stipule le protocole d’accord. Et vice-versa.

Pour sa part, interrogé par notre rédaction, le DPE de Tougué, Elhadj Fodé Mamoudou Traoré a tout d’abord exprimé la peine qu’il a pour ces enseignants avant de rassurer ceux qui ne perçoivent la prime d’incitation.  « Je partage la peine des enseignants qui sont en situation de classe et qui ne bénéficient pas de la prime. Leur situation est remontée au niveau du département et j’espère que la solution sera trouvée. En attendant, je leur demande à continuer les cours pour bien préparer nos candidats aux différents examens. », a-t-il lancé.

Par ailleurs il ressort de notre enquête que les enseignants ne sont pas les seuls mécontents, il y a également les encadreurs qui ne bénéficient pas de ces primes d’incitation. Car n’étant pas en situation de classe. Alors qu’ils se rendent dans les écoles les plus reculées à leurs propres frais pour assurer le suivi et l’encadrement des enseignants.

Faut-il souligner que ces mécontentements sont également rencontrés dans toutes les préfectures de la région de Labé et même des autres régions de la Guinée.

En attendant, les enseignants espèrent que l’actuel ministre de l’Education nationale étant l’un de acteurs de la mise en place de cette prime, trouvera la solution à leurs préoccupations.