Tourisme à Mali: Le directeur préfectoral évoque des préoccupations majeures (Interview)

0
499
Faisant partie des 5 préfectures qui composent la région administrative de Labé, Mali Yembering est de loin la préfecture qui abrite le plus grand potentiel touristique du Foutah Djallon. Avec à son actif un total de 47 sites touristiques recensés par la direction locale de l’hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat, Mali Yembering peine toujours à mettre en valeur ne serait ce qu’un seul site afin que cette préfecture très enclavée puisse tirer un bénéfice de ce don de dame nature.
A date, toutes les promesses d’aménagement et de désenclavement de ces lieux touristiques parmi lesquels ont peut entre autre citer la célèbre dame de Mali sont restées vaines comme nous l’explique ici Oumar Sadio Souaré, le directeur préfectoral de l’hôtellerie, du tourisme et de l’artisanat. Lisez !
Guineenews© : Quels sont les sites touristiques répertoriés à ce jour dans la préfecture de Mali ?
Oumar Sadio Souaré : A ce jour, les sites touristiques répertoriés et dont nous avons les documents y afférent sont au nombre de 47 dans la préfecture de Mali.
Guineenews© : Comment sont-ils repartis ?
Rien que dans la commune urbaine ici, nous avons 7 sites touristiques. Par contre, il y a d’autres dans les sous-préfectures de Yembering, Dougountounny,( …) Il n’y a pas cette sous-préfecture de Mali qui n’a pas deux, trois à quatre sites touristiques. Par exemple au niveau de la commune urbaine, nous avons le mont Loura c’est-à-dire la dame de Mali, nous avons les roches de Mali dans la localité de Koumba, il y a la célèbre colline de Balaki. A Lébékérein, il y a la mosquée de Madina Kouta, il y a les puits qui servaient de réservoir de munitions, il y a les multiples cascades dont l’accès n’est pas du tout aisé. Il faut se munir de petits secrets afin de pouvoir les visiter.
Guineenews© : Mais des sites que vous avez eu le privilège de visiter ?
Oui! j’ai été une seule fois au niveau de cette cascade et je ne souhaite pas y retourner parce que j’avoue que ce sont des riverains qui m’y ont conduit mais si tu vois la cascade tu auras une peur indescriptible. Il faut aussi impérativement qu’on te remette quelque chose avant de prendre la route. C’est-à-dire des gris-gris et consorts. Et dedans, tu verras des serpents et beaucoup d’autres espèces qui font peur. Mais il faut être dans le site pour voir ces choses. En effet, j’ai eu la peur de ma vie lorsque je suis allé là-bas. Il a fallu qu’ils me retiennent. Voilà, pourquoi je ne compte pas y retourner mais j’indiquerai la route aux curieux.
Guineenews© : Comment ces 47 sites touristiques se présentent de nos jours ?
Pour ce qui est de l’état des ces sites touristiques, nous, tous les régimes qui se sont succédé de Lansana Conté à Alpha Condé, ils n’ont rien honoré dans tout ce qu’ils nous ont promis. Rien! Des ministres viennent parler de tous ces sites mais jusque-là rien n’a été fait. Plus grave, en l’an 2000, on a reçu une délégation des responsables du tourisme du Sénégal et du Mali Bamako. On s’est retrouvé d’abord à Kidougou où ils nous ont bien logés et nourrit avec tout le confort qu’il faut. Ça été pareil à Bamako également. Après, on s’est dit de revenir en Guinée mais lors de cette tournée, on a vu des sites touristiques qui ont mobilisé 100 000 FCFA par an alors que chez nous ici depuis qu’on a commencé on a eu aucun franc.
Guineenews© : Mais parfois, vous pouvez avoir aussi un peu de revenus ne serait qu’au niveau de la dame de Mali qui est trop sollicitée ?
Non, non on ne gagne rien parce que le gouvernement n’a rien investit ici et les promesses n’ont jamais été tenues. Et sans aménagement, on ne peut faire de recettes. Donc, je reviens sur la tournée, après le Sénégal et le Mali, j’ai invité 5 d’entre eux ici mais c’est mon salaire qu’on a mangé pendant trois jours. Ainsi, j’ai compris que je ne peux plus les inviter ici malgré leur insistance sous prétexte qu’on a de très beaux sites touristiques. La dernière fois j’ai dit que je suis malade pour les éviter. Tout ça, c’est par manque d’accompagnement et je ne peux pas utiliser mon salaire dans ça.
Guineenews© : Mais qu’à cela ne tienne, les touristes viennent toujours à Mali ?
Les gens viennent régulièrement. Le problème chez nous en Guinée, la dernière fois c’est-à-dire en 2000, on a reçu 1 300 touristes. Mais tu ne peux pas faire la part des choses car même s’ils payent des taxes et autres, c’est seulement au niveau de Conakry. Donc, c’est ce qui nous fatigue ici à Mali car on ne perçoit aucune ristourne des visites touristiques alors que les mairies n’ont rien pour appuyer le secteur. Imaginez-vous, parmi les 47 sites touristiques que nous avons ici, il y a toujours des lieux inaccessibles par faute d’exploitation.
Guineenews© : Au niveau du mont Loura (Dame de Mali), avec la commune urbaine de Mali, n’avez-vous aucune initiative d’aménager, ne serait-ce, que l’observatoire pour avoir le minimum?
Cela est dans nos prévisions. Par exemple, le 1er janvier (nouvel an) ou le 15 septembre (fête de la pomme de terre) de chaque année, les gens viennent en masse et on gagne parfois 4, 5 voir 6 millions GNF. En plus, les tenanciers d’hôtels souhaitent souvent que les touristes passent la nuit à Mali afin qu’ils y bénéficient. Mais, ce n’est pas facile parce que les infrastructures ne répondent pas aux normes. Voilà pourquoi je profite de cette occasion pour demander aux ressortissants de Mali qui ont les moyens de venir construire des logements et hôtels de qualité car les sites touristiques qui sont à Mali ne se trouvent nulle part en Guinée.
Guineenews© : Mali dispose de combien d’infrastructures hôtelières ?
On n’a pas d’hôtels mais plutôt des auberges. En dehors de l’hôtel qu’on appelait Mont Loura. C’est seulement le gardien que tu trouves sur ces lieux. On a eu beaucoup de promesses dans ce sens de la part du gouvernement, je ne parle pas d’Alpha Condé parce que cela date de bien avant lui. On a tout fait mais impossible d’avoir un soutien dans l’aménagement de ce secteur.
Les promesses ne sont jamais respectées. Imaginez, j’ai pris ma moto pour aller retrouver les homologues dont je vous parlais tout à l’heure à Kidougou alors qu’eux, ils avaient tous des 4/4. On n’a jamais bénéficié même d’un vélo. C’est ma propre moto que j’utilise depuis toujours. Donc, nous demandons à toutes les personnes de bonne volonté de nous aider car il y a des sites touristiques particuliers ici dans la préfecture de Mali. S’ils viennent on va se donner les mains pour aménager ces endroits. Quand même, il y a beaucoup de personnes qui nous appellent soit parce qu’elles veulent venir à cause du climat ou de l’artisanat local.
Des propos recueillis par Alaidhy Sow Labé, pour Guinéenews.org