TPI de Dixinn : cinq ans d’emprisonnement requis contre Abdourahmane Sano et six autres membres du FNDC

0
777

Le procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn Sidy Souleymane Ndiaye vient de livrer son réquisitoire dans le procès des huit membres du FNDC poursuivis pour  » manoeuvres et actes de nature à compromettre la sécurité publique et à occasionner des troubles à l’ordre public (article 561 du code pénal) « . Crédit photo : FNDC.

Si, d’une part, le représentant du ministère public a demandé au tribunal de renvoyer le nommé Mamadou Sanoh  pour des fins de la poursuite pour délit non constitué, il a d’autre part demandé la condamnation de chacun des sept autres à cinq ans d’emprisonnement et au paiement d’une amende de 2 millions de francs guinéens.
Le procureur a souligné que Mamadou Sanoh n’était pas à la réunion où Abdourahamane Sano, Alpha Soumah dit Bil de Sam, Mamadou Bobo Bah, Ibrahima Diallo, Baïlo Barry, Sekou Koundouno et Abdoulaye Oumou Sow ont été  » interpellés ». Pour le procureur, les membres du FNDC n’étaient pas fondés à se réunir pour discuter ou planifier leur stratégie de manifestation.  » C’est tout logiquement qu’on les a arrêtés pour les empêcher de tenir leur mouvement le 14 octobre « , a-t-il dit.
Sidy Souleymane N‘diaye a alors félicité la police judiciaire qui a permis  » d’entraver le potentiel dangereux de ces prévenus « . Pour lui, leur  » comportement est attentatoire à l’ordre public  » et leurs propos tenus dans leur déclaration appelant à la manifestation sont  » insidieux, gravissimes et dangereux « …Il  n’a d’ailleurs pas manqué de qualificatif (parfois superlatif) pour prouver  » la culpabilité  » des prévenus.
 » Ils ont empêché la tranquillité publique… Nous ministère public, nous ne pouvons pas l’accepter  « , a-t-il réitéré, estimant que l’imminence et l’intensité du trouble sont bien établies.