TPI de Kaloum: les vérités de Bobody

0
743

Opposé à l’épouse de son défunt oncle paternel dans une affaire de concession familiale, Aboubacar Bobody Camara a comparu à la suite de son jeune frère Salifou «Papin»  Camara. Le riche homme d’affaires a abondé dans le même sens que son jeune frère et co-prévenu Salifou. Toutefois, il a livré quelques détails renchérissant la version des faits de son frère. (photo d’archives)

Bobody qui a indiqué que la concession appartient à son feu grand-père, a aussi reconnu qu’il ne fait pas partie des héritiers de première ligne. «C’est pourquoi j’ai quitté cette concession depuis 1998 pour loger ailleurs », a-t-il dit. L’homme d’affaires estime que la femme de son feu oncle a voulu peut-être se venger en l’envoyant au tribunal. «Dès que j’ai acheté une maison pour ma mère, elle aussi elle a cherché à déménager []  Elle n’a jamais été contente (de mon succès). Elle a même interdit à ses enfants de venir me voir  », a indiqué Bodody.

Durant son intervention, le prévenu a souvent réitéré que dans cette affaire, il n’a rien n’a y voir. Alors qu’il est prévenu dans cette affaire, il se considère plutôt comme témoin. «La concession n’est pas pour moi, pourquoi je vais m’y intéresser… Je n’ai pas besoin de la (Yarie, NDRL) chasser de cette maison  qui ne m’appartient pas», a-t-il dit avant d’indiquer que sa seule intervention a été de conseiller son frère à commettre  un huissier de justice pour constater ce qui était dans la maison après le déménagement de sa tante.

«J’ai dit à mon jeune frère que ce n’était pas à lui de fermer la maison. C’est pourquoi je lui ai dit de commettre un huissier pour faire le constat. L’huissier est allé faire le constat pendant que la famille était en justice », a poursuivi Bobody qui a réfuté l’acte d’huissier sur lequel est mentionné son nom. «Ce n’est pas moi qui ai autorisé l’huissier. C’est peut-être parce que je suis l’aîné de la famille qu’ils ont mis mon nom sur ce document », a-t-il nié.

Aboubacar Bodody Camara reste tout de même convaincu que madame Camara Yarie Kéita  avait quitté la maison. « Je peux jurer sur le Coran, c’est elle qui a décidé de son gré de sortir de la maison. Sinon, les autres membres de la famille sont encore dans la concession», a répliqué Bobody à l’avocat de la partie civile qui l’accuse d’avoir jeté Yarie et ses enfants dans la rue.

Comment son petit frère a alors obtenu la clef qui a permis à l’huissier d’aller faire le constat dans la maison ? «Mon jeune frère m’a dit que quand il a trouvé les Sierra-léonais en train de faire rentrer leurs bagages dans la maison, ils n’ont pas répondu à ses questions. Ne sachant pas qui leur a loué la maison, il a fermé la maison et a donné les clefs à ma sœur », a-t-il dit répondu.

A la suite de Bobody, sa mère Hadja Mabinty Yattara a comparu. Cette dernière a indiqué que madame Yarie Kéita n’a rien laissé dans la maison après son départ. « Elle n’a rien laissé sauf du lait », a dit la prévenue. Pourtant, elle et ses enfants sont poursuivis pour  »violence, menace, injures et vol de 302 millions de francs guinéens, 3 millions CFA et divers objets.