TPI de Mamou : de lourdes peines contre trois criminels

0
611

En audience criminelle ce mercredi 21 novembre, le tribunal de première instance de Mamou a condamné trois accusés poursuivis pour ‘’crime’’ à de lourdes peines.

Dans le premier dossier, Elhadj Boubacar Diakité un jeune de la vingtaine,  poursuivi pour ‘’meurtre aggravé’’,  a écopé de 10 ans de réclusion criminelle.

Les faits remontent au mois de juillet dernier dans la sous-préfecture de Ourékaba. Boubacar s’est attaqué à Chérif Diakité, son père adoptif lorsqu’ils étaient tous au champ. Boubacar s’est saisi d’une houe pour cogner la victime à la nuque. Quand ce dernier est tombé évanouie, il l’égorgea à l’aide d’une machette.

Dans le second dossier, Alpha Alarény Diallo, un enseignant coranique, est poursuivi pour ‘’viol sur mineur’’. Ce dernier a été condamné à 10 ans de réclusion criminelle et au paiement de 3 millions de francs guinéens au titre de dommages et intérêts aux parents de la victime.  Alpha Alareny Diallo, né en 1968, est marié et père de deux enfants. Il a commis sa forfaiture le 6 août dernier sur une fillette de 10 ans.

Dans l’arrêt de renvoi à l’ouverture du procès, il est indiqué que le ‘’vieux’’ a demandé à la fille de lui apporter de l’eau à boire, c’est ainsi qu’il a profité pour ‘’doigter’’ la fillette entrainant un saignement.

Dans le dernier dossier, Mamadou Alpha Barry, un adjudant chef au bataillon autonome de Mamou et en service à Farenta, est poursuivi pour ‘’coups et blessures volontaires’’ ayant entrainé la mort sans intention de la donner à un enseignant qui se trouve être son meilleur ami à Farenta. Il a été condamné à 3 ans de prison ferme.

Les faits remontent dans la nuit du 13 au 14 juillet dernier dans le district de Farenta relevant de la sous-préfecture de Soya lorsque l’adjudant chef Mamadou alpha Barry âgé de 40 ans a surpris son ami Abdoulaye Camara ‘’Blo’’, avec lequel il a veillé au tour d’un thé, en train de fouiller dans le magasin des denrées de la troupe. Une altercation s’en est suivie entre les deux amis. Dans l’euphorie, Abdoulaye a pris la fuite puis est tombé et retrouvé mort derrière la fenêtre du militaire.

Le lendemain une population en colère, a saccagé le poste de police. L’auteur du crime a été sérieusement molesté par la population. L’autopsie du défunt avait indiqué une légère égratignure sur l’omoplate droite et une blessure. La famille de la victime, compte tenu des liens familiaux, a adressé une lettre de désistement au tribunal.

Le Procureur avait requis contre cet accusé 5 ans de réclusion criminelle. Ceci, pour lui accorder des circonstances atténuantes